AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
NOUVELLE VERSION ! PAR ICI
Joyeuses Saint-Valentin ♥️

Partagez | .
 

 Oscar ~ Our Wings are burning V2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Bang bang
My baby shøt me døwn

† Bang bang †  My baby shøt me døwn

Voir le profil de l'utilisateur
ϟ messages : 2064
ϟ points : 149
ϟ âge : 91
ϟ inscrit le : 08/09/2011
ϟ date de naissance : 30/04/1926
ϟ avatar : Samuel Larsen
ϟ crédit : Vava by Shiya et signa by Abyss de mon coeur ♥.♥
ϟ âge : 21 ans
ϟ côté coeur : Pathétiquement amoureux de son "ami" Yoav
ϟ jukebox : Anathema - Lost Control | Jeff Buckley - Grace | The Gathering - Home | Shape of Despair - Quiet these Faces are | Virgin Black - Our wings are burning | Silencer - Death, Pierce me.
ϟ citation : "La vie est faite d'illusions. Parmi ces illusions, certaines réussissent. Ce sont elles qui constituent la réalité."

ϟ double compte : I. Judas Velić

Tu veux voir plus ?


MA VIE INTIME
ϟ mes relations :
MessageSujet: Oscar ~ Our Wings are burning V2   Mer 25 Sep - 10:54


Oscar Emmanuel daSilva
reprenons les chemins d'ici, chargé de mon vice, le vice qui a poussé ses racines de souffrance à mon côté, dès l'âge de raison – qui monte au ciel, me bat, me renverse, me traîne. ▲ RIMBAUD
carte d'identité
nom complet ▲ écrire ici prénoms ▲ Oscar Emmanuel age ▲ 23 ans date de naissance exacte ▲ 21 mars 1990 lieu de naissance ▲ Brésil nationalité et origines ▲ Brésilien statut ▲ Célibataire occupation ▲ Etudiant en cinéma - Chanteur dans un bar orientation sexuelle ▲ Homosexuel refoulé groupe ▲ Losing control of myself avatar ▲ Samuel Larsen
✎ CARACTÈRE
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Pellentesque id adipiscing urna. Fusce vitae erat elit. Pellentesque eu dolor sit amet nulla venenatis gravida eget sed elit. Nullam nec risus eu diam adipiscing pellentesque eu vitae lectus. Suspendisse nec vehicula mauris. Aliquam erat volutpat. Proin aliquam lorem sed leo venenatis in ultrices urna condimentum. Cras viverra placerat congue. In vulputate, risus quis pretium consequat, lectus odio hendrerit dui, eu pretium massa magna ut diam. Proin quis risus sed metus aliquam cursus. Maecenas nec sem tellus. Donec volutpat lorem neque. Proin elit nisi, consectetur sit amet euismod in, pulvinar id nisl. Quisque at risus non tortor luctus blandit. Quisque suscipit ipsum sed eros tincidunt ac sodales arcu luctus. Curabitur consequat malesuada odio. Nulla porttitor lobortis magna, nec vulputate nulla tincidunt a. Sed malesuada convallis dui vel blandit. Donec non lobortis arcu. Nam tincidunt lacinia justo, eget elementum dui vulputate in. In hac habitasse platea dictumst. Ut a eros dui, a ornare tellus. Integer justo quam, faucibus sit amet mattis at, semper vel augue. Vestibulum dignissim suscipit scelerisque. Sed non tellus dui. Vivamus feugiat faucibus nunc vitae facilisis. In luctus aliquam nisl non iaculis. Nunc suscipit, tortor at volutpat gravida, orci erat sollicitudin arcu, at tristique velit nisl in tellus. In vehicula dictum ligula eget pulvinar. Quisque interdum feugiat mi, nec euismod velit commodo eu. Cras nec risus ut enim porta convallis ac vel metus. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nulla semper sodales ultrices. Aenean ultrices tincidunt orci sed tempor. Aenean diam neque, vestibulum at aliquam ac, malesuada eu lorem. Maecenas ac lacus sollicitudin lectus placerat adipiscing. Donec a lacus ac enim lobortis aliquet. Duis elit velit, tincidunt sit amet volutpat vel, tempus in enim. Vivamus laoreet ullamcorper blandit. Donec ultricies egestas nunc nec laoreet. Quisque vitae dolor urna.
✎ PARTICULARITÉS
→ Mon prénom m'écœure. Je pense que ma génitrice ne connaissait pas l'existence d'un certain Oscar Wilde pour m'attribuer la même appellation que ce poète homosexuel. On ne cesse de faire des vannes douteuses sur ce sujet et ça m'est réellement désagréable.

→ Je n'ai qu'un seul vrai amour, une seule amante dont je ne me lasserai probablement jamais. Il s'agit de la première et unique guitare que je possède. Les notes qu'elle engendre et se dispersent dans l'espace me procurent une accalmie rassurante. Quand mes doigts rencontrent ses cordes fines, une certaine jubilation prend naissance au plus profond de mon âme et c'est fortement délibératoire de se sentir libre en poussant quelques mélodies. Je peux même affirmer que c'est le seul moment de liberté que je m'accorde et qui ne soit pas le fruit d'une illusion personnelle.

→ Je fais partie des personnes qui apprécient le plaisir momentané qu'apportent les drogues. Ca me distraie et m'aide à arrêter le cours insensé de mes idées tourmentées et des fois totalement futiles. Plané, rester insoucieux de ce qui m'arrive ne serait-ce que pour un laps de temps restreint. Ceci dit, je collectionne les petits bâtons blancs au bout incandescent ainsi que les bouteilles au liquide amer mais terriblement délicieux. Oui, j'aime ça.

→ Sarcastique et terriblement moqueur. Ces deux adjectifs me collent à la peau et me présentent parfaitement bien. J'ai un sens du sarcasme très développé et presque sans limites. Tout et n'importe quoi est sujet à ma moquerie invétérée et mon humeur décalé voire même lourd pour certaines personnes. J'ai aussi un sacré changement de tempérament qui m'a valu le sobriquet de "bi-polaire". Rassurez-vous, je ne souffre pas de cette pathologie du comportement mais la transformation hallucinante d'un état de béatitude à des cris injustifiés, ne passe pas inaperçue. Je félicite d'ailleurs les quelques et rares connaissances qui supportent ce coté lunatique de ma personne.

→ Enfant, je ne rêvais pas de devenir médecin ou encore pompier mais plutôt de faire carrière dans le cinéma. D'ailleurs, je me mets à sourire bêtement quand des souvenirs remontent dans ma mémoire où je vole quelques billets à mon père pour aller dans le cinéma à coté de la maison. Je m'extasiais devant ce grand écran géant, ces hommes en costard et qui se tapaient dessus. J'ignore la raison de cet emportement mais j'aimais cela. Aujourd'hui encore, je passe mon temps libre à regarder des grands classiques orientés mafia ou film noir. J'ai une sainte horreur des comédies romantiques. Ca me donne envie de hurler.

derrière l'écran
PSEUDO ▲ Phantasmagoria PRÉNOM ▲ Eya AGE ▲ 20 et biiiip PRÉSENCE ▲ Tous les jours COMMENT ES-TU ARRIVE ICI ?▲ Grâce à la pub sur PRDCE QUE TU PENSES DU FORUM ? ▲ J'aime toujours autant, c'est pas étonnant vu que je suis là depuis sa création, il y a deux ansCODE DU REGLEMENT ▲ Validé par moi-même \o AUTRE ▲ Je vous aime o.o   DIVERS CREDITS ▲ gif on tumblr



________________________________
Quietly these colours will fade. But soon they will be as one. For a moment i will stare, into this deep saddened sea. And will suffer the death's fright. Under these waves emotions lay, still never they'll return. As they are laid to rest, into this one lonely life. Which, perhaps is growing. Painfully... Into life to die...


Dernière édition par Oscar E. daSilva le Mar 1 Oct - 14:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bang bang
My baby shøt me døwn

† Bang bang †  My baby shøt me døwn

Voir le profil de l'utilisateur
ϟ messages : 2064
ϟ points : 149
ϟ âge : 91
ϟ inscrit le : 08/09/2011
ϟ date de naissance : 30/04/1926
ϟ avatar : Samuel Larsen
ϟ crédit : Vava by Shiya et signa by Abyss de mon coeur ♥.♥
ϟ âge : 21 ans
ϟ côté coeur : Pathétiquement amoureux de son "ami" Yoav
ϟ jukebox : Anathema - Lost Control | Jeff Buckley - Grace | The Gathering - Home | Shape of Despair - Quiet these Faces are | Virgin Black - Our wings are burning | Silencer - Death, Pierce me.
ϟ citation : "La vie est faite d'illusions. Parmi ces illusions, certaines réussissent. Ce sont elles qui constituent la réalité."

ϟ double compte : I. Judas Velić

Tu veux voir plus ?


MA VIE INTIME
ϟ mes relations :
MessageSujet: Re: Oscar ~ Our Wings are burning V2   Mer 25 Sep - 11:01


Bref, vie de merde
reprenons les chemins d'ici, chargé de mon vice, le vice qui a poussé ses racines de souffrance à mon côté, dès l'âge de raison – qui monte au ciel, me bat, me renverse, me traîne. ▲ RIMBAUD

Intro
▲ Dans une chambre plongée dans l'obscurité se démarque une silhouette assise sur une chaise en face d'une fenêtre. Quelques éclairages venus tout droit d'un lampadaire d'une rue, illuminent faiblement l'espace clos. Ladite silhouette bouge délicatement la tète pour la baisser sur ce qui semble être un cahier à la couverture aux bords déchirés. Le silence enveloppe la pièce, il n'y a que des petits sons de moteurs de voitures qui passent par l'avenue avant qu'un long soupir fatigué ne vienne rajouter une couche à cette cacophonie passagère. L'ombre qui n'est autre qu'Oscar étire ses jambes sur la petite table basse alors que ses doigts s'attardent sur la surface grisée et usée du cahier ; son journal intime.
Doucement et la mine indifférente, il s'apprêta à lire ce qu'il dit êtres des "conneries d'enfance"

"01 - 07 - 2002 | Sins and lies


Qui suis-je.
Je suis le fruit d'une union entre une femme et un homme, autrefois vouant un amour incommensurable l'un pour l'autre. Aujourd'hui encore, mon père a cédé à un des multiples caprices de ma mère en lui achetant le collier en or qu'elle avait vu la veille dans une boutique de la ville. Toute contente, elle est venue me le montrer, me disant et affirmant la galanterie de mon paternel. Oui, sauf qu'elle ignore qu'il ne s'empêche pas d'aller voir ailleurs quand elle a le dos tourné, qu'il la couvre de cadeaux pour la distraire et ne jamais remarqué les différentes tâches de rouge à lèvre sur ses chemises qu'il m'envoie nettoyer. Ou encore, les parfums féminins qu'il empeste dès qu'il pose les pieds à la maison. Elle est trop aveugle et il est exceptionnellement infidèle.
La semaine dernière, il m'a emmené choisir une nouvelle chambre à coucher parce que j'ai réussi mon année scolaire avec brio. Hum. Nous savons parfaitement qu'il achète mon silence d'une façon indirecte alors qu'il drague explicitement la vendeuse. Il est comme ça mon père, un homme qui saute sur tout ce qui bouge et qui, malgré la famille qu'il a fondé, ne peut s'empêcher de partager le lit d'autres femmes.
Contrairement aux enfants de mon âge, j'avais une perception assez différente de la vie et je ne croyais pas complètement ce que mes yeux me montrent. J'analyse, je comprends et je déduis. J'étais très calme et je préférais largement regarder des films, jouer de la musique, que trainer avec les garçons de mon entourage. Ridicules et futiles, ils étaient ainsi et je ne me tolérais pas de me mêler à ce genre de spécimens dépourvus de sens. Ma mère me disait que j'étais différent mais ce n'est pas vrai. Mon refus quotidien de faire partie d'un tour de cache-cache ne fait pas de moi une personne à part. On a tous des petits défauts mais aussi des défauts redoutables. Ma mère était matérialiste. Mon père était un incorrigible infidèle et moi ... j'étais, je suis et je serai toujours un menteur.


" 30 - 05 - 2007 | You swallow my sun



Qui-suis-je.
Je suis un étranger dans un pays étranger, entre des gens étrangers. Mes contrées me manquent, ma vie passée au soleil caractéristique de l'Amérique de sud me manque. Ma famille a imposé un changement de taille ; la canicule de mes terres natales s'est effacée de ma peau pour se faire remplacé par un froid sibérien et qui ne cesse de marquer mes chairs même cachées sous une masse calculée de vêtements.
Mon père s'est fait muté. Comme une famille modèle qu'on n'était pas, on a du le suivre, quittant ainsi les terres brésiliennes pour Zagreb. Aussi inculte que je puisse être, je ne connaissais pas bien cette ville et je n'avais aucune envie de faire plus ample connaissance. Je voulais revoir le cinéma à coté de chez nous, reprendre mes vieilles habitudes et volé quelques billets de mon père pour aller regarder des films. Ici, je ne sais même pas où se trouve le cinéma, je ne parle même pas cette étrange langue. La communication ne dépasse pas le seuil anglais et encore, il y a quelques individus qui me regardent bizarrement comme s'ils avaient affaire à une espèce humaine inconnue.
Non, je n'aime pas cette nouvelle atmosphère, je n'aime pas les gens qui me dévisagent à cause de mon teint halé. Je n'aime pas l'ambiance chaotique qui règne à la maison. Les cris incessants de mes parents qui s'engueulent pour le moindre détail, les pleurs de ma petite soeur de treize ans, les accoutumances de mon père qui reprennent de plus belle et la nouvelle dépendance de ma mère ; l'alcool.
Un nouveau départ? Foutaises."


"12- 11- 2008 ... He comes


Qui-suis-je.
Je suis un jeune homme qui viens de ramasser le résultat de plusieurs années de tromperie. De mensonges et de luxure. Une preuve ultime et ma mère a enfin compris qu'elle vivait dans l'illusion de la famille parfaite, du mari parfait. Irréprochable et qui était venu il y a une heure lui demander le divorce. Il semble qu'il a rencontré une jeune femme de vingt quatre ans avec qui, il a envie de recommencer une nouvelle vie. D'ailleurs il a dit quelque chose qui m'a bien fait rire ; il a affirmé que cette jeune demoiselle ne l'épousera pas pour son argent, qu'elle n'était pas matérialiste. Hum. J'essaye de bien rester sérieux une fois dans ma vie et c'est bien difficile face à ce genre de propos aussi hypocrites que leur propriétaire. Une jeune femme au sommet de sa jeunesse et de sa beauté, épouse un homme qui a approximativement l'âge de son père, je me demande pour quelles raisons.
Bref, il a tout simplement voulu rejeter la faute sur ma mère et sa nature attachée à l'argent et le "shopping". Mais en réalité, ils sont tous les deux à blâmer et la mascarade qu'ils ont crée s'est enfin effondrée pour prendre fin. Il était temps même si ça me déplait réellement de voir ma mère dans cet état piteux et l'odeur pestant l'alcool.
J'aime l'alcool mais pas pour les mêmes raisons que ma mère. Je bois pour m'amuser, passer un bon moment en planant, alors qu'elle boit pour noyer son chagrin et oublier. Oublier sa faiblesse et son indépendance à la vie aisée dont elle a eu l'habitude.

En parlant d'alcool, tout à l'heure je vais voir mon meilleur pote. La seule personne avec qui je me suis lié d'amitié. Yoav. Je l'ai connu un soir dans un bar alors que j'avais envie de m'éloigner un peu de la maison familiale. On partage la même passion pour les femmes même si, dernièrement un étrange sentiment de jalousie me prend dès que je le vois dans les bras d'une vipère blonde. C'est sûrement dû au fait qu'il est mon seul allié même si je ne lui parle presque jamais de mes problèmes trop ennuyants à énumérer. Je sais d'avance qu'il va draguer dans le bar et qu'il va finir la soirée dans le lit d'une inconnue qu'elle restera et ça m'énerve. Ca m'énerve qu'il ne désire pas rester ne serait-ce qu'une soirée en ma compagnie. Après tout, on est amis non? Les amis passent du temps ensembles, se racontent des bêtises, rigolent pour un rien. Oui, ça m'énerve et je ne veux pas donner de réponses claires et nettes à cet état d'angoisse qui ne cesse de m'habiter quand je le vois avec une fille."


"13 - 02 - 2009 | Yes i'am falling


Qui-suis je.
Je suis un étudiant qui a connu différents rebondissements au cours de son existence. Qui tombe mais se relève toujours car il a une soeur qui l'attend.
Mes parents sont divorcés depuis un mois et pour le bien de Marrina, la charge a été confiée à mon père vu les dépendances de ma mère. D'ailleurs, celle-ci a fait partie d'un groupe de thérapie pour se soigner. La semaine dernière, elle est retournée au Brésil après que son médecin a assuré qu'elle est bien guéri et ne touchera probablement plus jamais à un verre d'alcool.
Tout est bien... Non pas si bien. Il y a cet espèce de sentiment qui me bouffe toujours et encore, me fait de plus en plus mal et que j'essaie toujours de le contenir tout au fond de mon être. Ce sentiment qu'on qualifie de noble qui s'est forgé pour Yoav. J'ai enfin pris conscience de ce qui se tramait dans ma tète, la nature de ce que je ressentais pour lui. Il me plaisait, pire encore, j'étais amoureux de lui et je ne pouvais l'être. On était deux hommes, on appartenait aux même sexe, il était mon ami, j'étais le sien et c'est tout. Ca ne devait être que cela. C'est tout simplement répugnant de ma part d'imaginer ne serait-ce qu'un instant qu'il puisse occuper une autre place dans ma vie. Je suis dégoutant de songer à ces sentiments de malheur et l'envie impardonnable de vouloir sceller nos lèvres. Je me languis de le voir sourire et il m'exaspère à raconter en détail ses coucheries. J'en pouvais plus et je n'étais pas aussi masochiste à toujours feindre alors j'ai choisi la facilité ; fuir. Prétendre que mon emploi de temps entre la fac et le bar où je travaille est très chargé. Je pensais que le fait de m'éloigner de lui arrivera à faire disparaitre mes pensées loin d'être catholiques et pervers. Je ne suis pas cet être que je deviens quand je le vois. Et je ne me permettrais jamais ô grand jamais de lui avouer ce qui se trame dans ma tète et mon esprit possédé par une quelconque perversion nouvelle. Ca doit être un trait de famille oui ... et puis merde."


"03 - 09 - 2011 | Sickness  


Qui suis-je.
Nombreuses sont les fois où je me suis posé cette question, là, allongé sur ce lit miteux, une cigarette au bout cendré alors que mes prunelles regardaient inlassablement un point imaginaire au plafond comme si je tentais de trouver une réponse qui ne vient jamais. Ou disons plutôt que je fuis.
Oui je suis un lâche qui n'a jamais regardé la réalité en face, qui essaie par tous les moyens de la détourner à son avantage en créant sa propre réalité. Une réalité mensongère mais qui m'apporte beaucoup de tranquillité et d'aisance dans l'ignorance que je me suis imposé."

Un sourire désenchanté se dessine sur les lèvres pincées d'Oscar alors qu'il se redresse légèrement pour attraper un stylo trainant sur la table. Avec une certaine hésitation, les mots se marquent sur le papier froissé.

"Qui-suis-je. Je suis ce que je n'oserai jamais avoué. Ce que je ne voudrais être. Ce qui me répugne le plus. Je suis un homosexuel qui ne s'assumera jamais.



________________________________
Quietly these colours will fade. But soon they will be as one. For a moment i will stare, into this deep saddened sea. And will suffer the death's fright. Under these waves emotions lay, still never they'll return. As they are laid to rest, into this one lonely life. Which, perhaps is growing. Painfully... Into life to die...
Revenir en haut Aller en bas
 

Oscar ~ Our Wings are burning V2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Oscar Hibou - librairie BD/jeunesse menacée
» CINEMA - " Terraferma " en liste pour l’Oscar du meilleur film étranger
» Oscar Pistorius
» Wings mmorpg maker 2d !!
» Oscar Niemeyer à Fontenay-sous-Bois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Piece of me :: build your future :: fiches validées-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Air du temps et Société | Homosexualité