AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
NOUVELLE VERSION ! PAR ICI
Joyeuses Saint-Valentin ♥️

Partagez | .
 

 J'ai pleuré sur ton corps une larme de sturpre. } Absynthe Cinabre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Vert acid

Vert acid

Voir le profil de l'utilisateur
ϟ messages : 1115
ϟ points : 0
ϟ inscrit le : 10/03/2014
ϟ avatar : Leonardo Dicaprio
ϟ crédit : moi
ϟ âge : 21
ϟ jukebox : Poison/Alice Cooper

Tu veux voir plus ?

MessageSujet: J'ai pleuré sur ton corps une larme de sturpre. } Absynthe Cinabre   Lun 10 Mar - 21:58


Absynthe Cinabre
Quand on grandit, on désapprend à voler.
-Pourquoi désapprend-on ?
-Parce qu'on n'est plus assez joyeux, innocent et sans cœur. Seuls les sans-cœur joyeux et innocents savent voler.▲ J.M. Barrie
carte d'identité
nom complet ▲ Cinabre prénoms ▲ Absynthe âge ▲ 20 ans date de naissance exacte ▲ 4 mars 1993 lieu de naissance ▲  Nouvelle Orléans nationalité et origines ▲ Français, né en Louisiane. Il y vit durant ses premières années puis retourne en France jusqu'à ses 16 ans. Il fugue par la suite et devient nomade.statut ▲ Sexuellement transmissible occupation ▲ Artiste de rue, écrivaillon orientation sexuelle ▲ Homosexuel groupe ▲ gay and proud to be avatar ▲ Leonardo Dicaprio
✎ CARACTÈRE
Je suis constamment en colère. Je suis né en colère, je vivrais et je mourais en colère. Je recherche la paix. Elle se trouve en émerveillement, en adrénaline, en drogues, en dépendances, oui, en oubli, en violence fortuite, en errance, en feux de bord de mer, entre les cuisses de l'amant du soir, en camping sauvage, en stop, en culture nomade de quatre vents, en fuite. C'est ainsi. Si ca te plaît pas, je t'emmerde, si ca te plaît je m'en tape et si tu t'en balances je te cogne. Je suis ce qu'on appelle communément un con. De petit con je suis passé a jeune con, je deviendrais grand con puis vieux con. Mon destin est attrayant et je l'embrasse avec la joie du païen. Ah. J'aime pisser dans les églises. Provoquer. Qu'on me courre après.

Je suis en colère et je courre pour dépenser cette énergie vermeille. C'est le sang français, le sang des Cinabre. On ne choisit pas de venir au monde. On naît. Je suis né contre mon gré, puisque je ne saurais donner ma permission quand les choses se font dans mon dos. J'ai bien décidé de profiter de tout ce qui pourrait m'apporter satisfaction. D'une façon ou d'une autre. Pour le reste -douleur, peine, afflictions et autres, je laisse ca au autres. Et je fais payer ma détresse à coup de pieds au cul. Je ne suis pas sur cette terre par choix, mais j'y suis tout de même. Il faut que quelqu'un paie. Je hais qu'on me force la main. Etant anti-clérical, je ne peux reporter la faute sur un dieu qui n'existe pas. Ni sur les prêtres, malgré mon envie de les asseoir l'un après l'autre sur des pieux pour paver ma route. Non. J'en veux à l'Autre. Celui que je ne connais pas. Celui qui j'ai connu. Tout ce qui n'est pas moi.

A travers le monde, les français ont mauvaise presse. Ils sont discourtois, voir vulgaires. Se sont des débauchés, des malpolis, des rustres. Charmeurs pourtant. Les clichés n'existent que parce qu'ils sont fondés sur des vérités inaltérables. J'en suis une. Un pur préjugé. Je suis. Comme j'ai envie d'être. Je me taille ma morale aux matins qui se suivent, je l'enfile en imperméable, je la jette la nuit venue. En habits d'ombres, elle me suit le jour, si je le veux. Cependant, je marche face au soleil, et lui tourne le dos.

J'ai le coeur en bandoulière. J'ai le coeur en sandales. J'ai le coeur en rues pavées. J'ai le coeur étalé en chemin qu'il reste à tracer. Vous, rencontres d'hier si je vous connais, je vous ai aimé, tout irrésistible que je sois, puisque j'aime, en premier regard. Mais mon coeur est devant. Votre faute. Il fallait l'épingler.
✎ PARTICULARITÉS
J'ai un grain de beauté sur l'épaule gauche. Je lorgne dessus quelquefois sous la douche. Ca me donne l'air un peu fou, mais personne n'est là pour le voir donc c'est un moindre mal. Si quelqu'un était là, au demeurant, ca me ferait une belle jambe. Ce qui est parfaitement inutile : mes deux jambes sont parfaites, merci bien. Sinon, j'aime bien embrasser des gens dans la rue. Des inconnus, de préférence. Ou claquer les dents trop près de leur visage en me penchant par dessus la rampe de l'escalator. Ils montent ou descendent, je vais dans le sens inverse. C'est un peu comme d'essayer d'attraper un de ses stupides volatiles en plastique à la mare au canard, mais en plus marrant. J'aime bien les chemises, parce qu'on peut les déboutonner. J'ai le sang chaud. J'aime bien commencer la journée habillé de pied en cap pour finir à poil. Le plus rapidement possible. Il m'arrive de courir nu dans les champs. Dans les rues. Là ou je veux. Quand je veux. Je ne m’embarrasse pas de pudeur. Ce mot là est féminin, si je ne me trompe pas.

J'aime le chocolat. Je pourrais tuer pour du chocolat. Mon paradis se compose de chocolat, d'alcool et de sexe. Il est sur terre, et c'est un grand moment. Un peu chaque jour, pour garder la forme. Quand quelqu'un ou quelque chose m'insupporte, je suis grossier. Exubérant. Insolent. Perturbateur. Pas élevé. Candide. Comme un loup qui bouffe une brebis. Je marche sur les tables. Je pisse dans les verres. J'ai les yeux trop clairs, du coup le soleil me fait mal. Je passe des heures à le fixer. Il finira bien par baisser les yeux. Je sais bien que non. Alors il doit le faire. C'est un adversaire qui me surpasse. Je hais le soleil. Et je l'adule. J'aime avoir peur, avoir mal, j'aime avoir, et je n'aime pas être dépossédé. Ne me volez jamais mon chocolat. Souvent, on me compare à un enfant. Egoiste et volage. Les dents trop blanches, l'air trop sage. Je provoque chez la plupart des gens une sorte d'attendrissement niais qui m’insupporte, et dont je profite sans vergogne.

Je me perd en papier. En murs. En paupières serrées sur le dedans tendu de noir, ma toile préférée. Là. Juste derrière, quand je ferme les yeux. En courbes a attraper entre deux battements de cils. Vite. Vite. Saisir les nuances. Toutes. Boire le monde au calice de mes envies. En vie. A capturer. J'ai le monde en orgie de couleur sous les yeux, et si peu de talent pour le saisir. Alors je m'entraîne. Je rature. Je recommence. Je suis opiniâtre. Avez vous déjà remarqué comme c'est beau, une arête de poisson ? A quel point c'est profilé ? J'ai aimé le dernier Miyazaki a en pleurer. Cet homme là, qui savait la vérité d'une courbe, cette homme là, je l'aime en solitude.

derrière l'écran
PSEUDO ▲ Ailesnoires PRÉNOM ▲ // AGE ▲ 21 SCÉNARIO ? ▲ Nope PRÉSENCE ▲ Variable, en fonction de mes cours et de mon envie d'écrire. COMMENT ES-TU ARRIVE ICI ?▲ Keenu tenait à ce que je vous rejoigne. C'est fait. CE QUE TU PENSES DU FORUM ? ▲ J'avais déjà fais un très bref passage ici. Le design est clair, même si pas à mon gout, c'est lisible, les règles et l'intrigue sont clairs. Sinon j'en pense rien de particulier. Un forum ne compte que par ses membres. Vous en abritez un qui suffit à le rendre attrayant à mes yeux. CODE DU REGLEMENT code oki by le staff AUTRE ▲ Je suis cuillérophile   DIVERS CREDITS ▲ Tumblr & ailesnoires
POUR NOUS AIDER
Code:
» <b>LEONARDO DICAPRIO</b> ▲ Absynthe Cinabre


Dernière édition par Absynthe Cinabre le Sam 15 Mar - 11:13, édité 16 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Vert acid

Vert acid

Voir le profil de l'utilisateur
ϟ messages : 1115
ϟ points : 0
ϟ inscrit le : 10/03/2014
ϟ avatar : Leonardo Dicaprio
ϟ crédit : moi
ϟ âge : 21
ϟ jukebox : Poison/Alice Cooper

Tu veux voir plus ?

MessageSujet: Re: J'ai pleuré sur ton corps une larme de sturpre. } Absynthe Cinabre   Lun 10 Mar - 21:59


titre de l'histoire
-Qui es-tu donc, Pan? cria-t-il.
-Je suis la jeunesse, je suis la joie, répondit Peter tout à trac, je suis un petit oiseau sorti de l’œuf.▲ J.M. Barrie

titre du chapitre si tu veux
▲ "Dis, est-ce que tu m'aimes ?"

Si tu m'aimes, je ne t'aime pas. Si tu ne m'aimes pas, je t'aime. Et si tu m'aimes, prends garde à toi. Bien sûr qu'il m'aime. Il m'a enlevé au sol de misère. Celui ou crapahutent les enfants solitaires. Il m'a enlevé quand j'était si petit. Et il m'a aimé. Je n'ai que peu de souvenirs d'avant lui. Je ne me souvient que de lui, et de ses yeux immenses, trop grands pour sa tête presque chauve. Et de ses mains qui courraient sur mon corps d'enfant. Et de sa bouche qui a ouvert la mienne. Sa bouche qui m'a fait vomir mes premiers mots. Là. Juste à la chute de ses lèvres. Là. Au ciboire de ma passion. Je le hais. Je le hais pour l'avoir découvert, pour avoir compris. Pour m'être enfui, avoir cherché mes parents, ma vie d'avant, ma vie d'en arrière. Pour avoir trouvé les mains douces à l'odeur de vanille d'une inconnue qu'il faudrait appeler maman. Pour avoir trouvé le sourire plein d'un soleil qui ne veut pas baisser les yeux dans la bouche pleine de dents trop blanches et trop comme les miennes d'un homme qu'il faudrait appeler papa.

J'ai mes petits pieds dans tes chaussons, ton stylo qui fuit entre les doigts. J'écris sur les murs les phrases qui me viennent. Tu les lis, avachi dans ce fauteuil qui nous accueille quand je décide de venir m'y blottir. Tu as les mains longues. Des mains d'araignée. Des mains belles encore, déformées, les doigts nus, comme sont nus parfois, les arbres en novembre. C'est la radio qui diffuse ces paroles, et mes yeux qui se perdent, à contempler encore. Tu écris dans les airs, en gestes qui me disent. Qui me parle. Je viens. J'ai 5 ans. 12 ans. Tu te glisses dans mon lit. J'en ai 16. Là. Une lettre que tu m'avais écrite. Je la brûle. Ces mots sont là pourtant, en dedans de moi. Tout vole en éclat. J'ai un nom. Une famille. Pas toi. Jamais toi. Viens. Tu dis. Je ne t'écoute plus.

Français, né en Louisiane. Je suis français. Je m'envole en volant ton argent. Je vois ce qu'il y a a voir. J'explique. Des pleurs. Incompréhension. Rejet. Ils veulent me changer. Rejet. Je n'ai rien de commun avec eux. Je reste, contraint. Impossible, vraiment. Je me sens muselé. Viens me sauver. Tu ne viens pas. Je sans que tu ne viendras pas. Cette lettre, je ne l'ai pas trouvée par hasard, j'ai raison ? Tu aurais pu, tu aurais du simplement ouvrir ta porte et me désigner l'au dehors. Je serais parti. Je me suis enfui au lieu de ça. Sans possibilité de retour. Et je m'enfuit encore. Plus personne jamais ne m’enchaînera. Tu m'as pris cette vie, et tu me l'as offerte. J'ai le monde en bandoulière, j'ai le monde à fouler.  

Je le hais de ne pas l'avoir retrouvé. Je le cherche à chaque chauve que je croise. Et je vous jure que ce n'est pas si rare que ca d'en croiser un en définitive. Vraiment pas si rare.

En résumé, je me suis fait kidnapper étant môme (peut être 5 ans ? je ne m'en rappelle pas) par mon amant futur. il l'était déjà à ce moment là, mais j'ignorait le sens du mot. Je le cherchais. J'ai arrêté. Je continue sans y penser. Sans pouvoir cesser d'y penser. Je le déteste. Pour ce qu'il m'a fait. Parce qu'il m'a fait. Comme je suis.

Je vivote. Les nuits divers serré contre des corps de sdf, les poux, la faim. La peinture qui me permet de subsister. Je me raréfie. Les couleurs n'ont jamais été si éclatantes. La nourriture si rare. L'eau si enivrante. Mon corps réclame tout ce que je ne lui donne plus. Je marche en insatiable. Je survis. Les dessins, quelquefois. L'écriture, un peu. Puis c'est l'apocalypse. C'est Paris. C'est la misère, mais la misère heureuse. Je bois aux fontaines. Je vole aux étalages. Je squatte les parcs. C'est grand, Paris. Je dessine en duo, en trio, en rues qui s'enchaînent. J'oublie tout au coeur du monde. La France et mes frontières. On me tire de là. On vend mes dessins. Je les regarde partir. Ils sont vendus. Je gagne de l'argent. Sans rien faire. Juste en dessinant. Dérisoire. Paie-t-on les gens pour parler ? Peut être bien que oui, tout bien réfléchi. De toute façon, tant mieux ou tant pis. Je survivrais, alors. Je décide de partir. Et mon regard se pointe, quelque part en dehors.

En cri de violon, en arc qui se tend. En écrin des matins que tu as épinglé, a ta nuit parricide, a tes mains qui me tuent. A ta bouche enjôleuse, a ses saveurs acides, a ton corps qui me saigne, a ton âme sans vertu. C'est ton corps en courbe bohème, en arrête de poisson, qui épouse le ciel de lit en triomphe d'essence. En enluminures. Ton corps pare tes mots, tes cris, tes feulements, ta jouissance en petite mort qui s'annonce. Viens. Allons nous baigner en Achéron. La nacre de tes dents en perles d'un rire qui se meurt quand tu t'envoles. Ca ressemble à un trip, quand tu prends ton pied. En fuite, en bohème, en joute contre les draps qui se froissent, laissons-là, je chute contre toi, en toi, en brûlure, en lèvres, en dents, en tout. Allons, viens. Allons au fond du fleuve remuer le limon. Allons enfanter les rives d'un espace encore vierge. Viens déflorer le monde. Il est bien assez vaste pour nous deux. Ta voix qui s'effile, en écharpe de laine. Je l'arrache à ta gorge. En rouge. En cinabre. C'est du sang, là, quelque part entre nous. Viens te droguer encore contre moi. Que je te rejette ensuite. Je t'observe quand tu ne me vois pas. Quand tu ne me bois ni des mains ni des yeux. Quand ton coeur en amont est enfouit sous les cendres encore chaudes de ta délivrance. En corde qui se romps. Tu casses. Tu meurs. Je t'observe. Je pleure.

C'est le matin. C'est le matin.
Il fait un jour nouveau en soleil aux yeux qui ne cillent jamais. Je le défie. Ce soleil. Je le veux et je l'aurais. En bout du monde.

J'ai pleuré sur ton corps une larme de sturpre.

C'est le matin.

Je pars au devant d'un chemin. Quelque part en amont, il y a toi, l'Inconnu. Je viens te trouver.

Je trempe mes pieds au noir des corbeaux, pour tracer une route d'encre, en chemin. Je ne lis pas mon histoire. Je ne l'invente pas. Je ne regarde pas en arrière. Mon histoire, je m'en balance. L'histoire, c'est chiant, plein de dates et de noms. Je connais le mien, et je l'élance quelque part devant. Passé et futur ne m’intéressent pas. Je vis.

Je suis ce jour en Croatie, a Zagreb. Une drôle d'histoire. Pleine de gays qui s'assument. Moi, j'aime bien les histoires. Je suis curieux. Très curieux. J'ai encore et toujours envie de m'envoler, mais il y a quelques rues sympa ici. Je veux bien aller les parcourir avant d'aller voir ailleurs. On m'a confié les clés d'un minuscule appentis sous les toits. Je ne loge pas chez l'habitant. Je loge au dessus.Voilà qui satifait à mes ambitions. Bienvenue parmi vous.



________________________________

Ma cinglée préférée  ahan!


Dernière édition par Absynthe Cinabre le Sam 15 Mar - 2:10, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Administrateur

Administrateur

Voir le profil de l'utilisateur
ϟ messages : 1785
ϟ points : 48
ϟ âge : 21
ϟ inscrit le : 17/12/2012
ϟ date de naissance : 01/01/1996
ϟ avatar : Alfred Kovac
ϟ crédit : Signa moi, Avatar : Phanta Codes divers : Amiante.
ϟ âge : 23 ans
ϟ côté coeur : Relation ambiguë avec Aristée de Barjac.
ϟ jukebox : Ludovico Einaudi~Oltremare
ϟ citation : "Tout d’un coup, le temps file trop vite pour vous. En une fraction de seconde, tout votre monde s’écroule. Vous ne voyez plus, vous ne sentez plus de la même manière. Vous savourez tout, la moindre chose, un verre d’eau, une marche dans le parc. Le temps file. La plupart des gens veulent ignorer le temps qui s’arrêtera enfin. Ironiquement, c’est ce qui les empêche de vivre pleinement leur vie. Et ils boivent bien sur aussi des verres d’eau, mais sans jamais vraiment y goûter. Pour moi, le temps n’est pas flexible.C’est le moment ou j’ai décidé de mettre un terme a ma vie, qui a motivé mon œuvre. Il a même donné un sens. J’étais vraiment déterminé à me suicider...
Les gens qui ne profitent pas de la vie ne méritent pas de vivre." Saw.

ϟ double compte : Mérovée Avandeïev

Tu veux voir plus ?


MA VIE INTIME
ϟ mes relations :
MessageSujet: Re: J'ai pleuré sur ton corps une larme de sturpre. } Absynthe Cinabre   Lun 10 Mar - 23:34

Bienvene à toi. Quel beua prénom de plus Fais une fiche qui déchire tu veux ?!

________________________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Vert acid

Vert acid

Voir le profil de l'utilisateur
ϟ messages : 1115
ϟ points : 0
ϟ inscrit le : 10/03/2014
ϟ avatar : Leonardo Dicaprio
ϟ crédit : moi
ϟ âge : 21
ϟ jukebox : Poison/Alice Cooper

Tu veux voir plus ?

MessageSujet: Re: J'ai pleuré sur ton corps une larme de sturpre. } Absynthe Cinabre   Lun 10 Mar - 23:42

On va tenter. Merci pour ton accueil

________________________________

Ma cinglée préférée  ahan!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Administrateur

Administrateur

Voir le profil de l'utilisateur
ϟ messages : 1785
ϟ points : 48
ϟ âge : 21
ϟ inscrit le : 17/12/2012
ϟ date de naissance : 01/01/1996
ϟ avatar : Alfred Kovac
ϟ crédit : Signa moi, Avatar : Phanta Codes divers : Amiante.
ϟ âge : 23 ans
ϟ côté coeur : Relation ambiguë avec Aristée de Barjac.
ϟ jukebox : Ludovico Einaudi~Oltremare
ϟ citation : "Tout d’un coup, le temps file trop vite pour vous. En une fraction de seconde, tout votre monde s’écroule. Vous ne voyez plus, vous ne sentez plus de la même manière. Vous savourez tout, la moindre chose, un verre d’eau, une marche dans le parc. Le temps file. La plupart des gens veulent ignorer le temps qui s’arrêtera enfin. Ironiquement, c’est ce qui les empêche de vivre pleinement leur vie. Et ils boivent bien sur aussi des verres d’eau, mais sans jamais vraiment y goûter. Pour moi, le temps n’est pas flexible.C’est le moment ou j’ai décidé de mettre un terme a ma vie, qui a motivé mon œuvre. Il a même donné un sens. J’étais vraiment déterminé à me suicider...
Les gens qui ne profitent pas de la vie ne méritent pas de vivre." Saw.

ϟ double compte : Mérovée Avandeïev

Tu veux voir plus ?


MA VIE INTIME
ϟ mes relations :
MessageSujet: Re: J'ai pleuré sur ton corps une larme de sturpre. } Absynthe Cinabre   Lun 10 Mar - 23:43

Mais de rien ! Puis ton avatar, autant dire que c'est une bombe.

________________________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Vert acid

Vert acid

Voir le profil de l'utilisateur
ϟ messages : 1115
ϟ points : 0
ϟ inscrit le : 10/03/2014
ϟ avatar : Leonardo Dicaprio
ϟ crédit : moi
ϟ âge : 21
ϟ jukebox : Poison/Alice Cooper

Tu veux voir plus ?

MessageSujet: Re: J'ai pleuré sur ton corps une larme de sturpre. } Absynthe Cinabre   Mar 11 Mar - 0:34

J'aimerais être à la hauteur de ce choix. Je ne parle pas de Dicaprio mais plutôt du rôle dans lequel il est si canon. Sans parler d'égaler Rimbaud -hahaha- j'aimerais tout au moins que ce personnage ne soit pas ridicule x)

________________________________

Ma cinglée préférée  ahan!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bang bang
My baby shøt me døwn

† Bang bang †  My baby shøt me døwn

Voir le profil de l'utilisateur
ϟ messages : 2064
ϟ points : 149
ϟ âge : 91
ϟ inscrit le : 08/09/2011
ϟ date de naissance : 30/04/1926
ϟ avatar : Samuel Larsen
ϟ crédit : Vava by Shiya et signa by Abyss de mon coeur ♥.♥
ϟ âge : 21 ans
ϟ côté coeur : Pathétiquement amoureux de son "ami" Yoav
ϟ jukebox : Anathema - Lost Control | Jeff Buckley - Grace | The Gathering - Home | Shape of Despair - Quiet these Faces are | Virgin Black - Our wings are burning | Silencer - Death, Pierce me.
ϟ citation : "La vie est faite d'illusions. Parmi ces illusions, certaines réussissent. Ce sont elles qui constituent la réalité."

ϟ double compte : I. Judas Velić

Tu veux voir plus ?


MA VIE INTIME
ϟ mes relations :
MessageSujet: Re: J'ai pleuré sur ton corps une larme de sturpre. } Absynthe Cinabre   Mar 11 Mar - 1:51

DiCaprio ! Le choix de malade   
Bienvenue à toi et t'inquiète pas, les membres sont accueillants et chaleureux, tu le découvriras par toi même ♥️ De mon coté je te souhaite bon courage pour ta fichette et si tu as besoin de quoi que ce soit, n'hésite pas à contacter l'un des staffeux   

________________________________
Quietly these colours will fade. But soon they will be as one. For a moment i will stare, into this deep saddened sea. And will suffer the death's fright. Under these waves emotions lay, still never they'll return. As they are laid to rest, into this one lonely life. Which, perhaps is growing. Painfully... Into life to die...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Administrateur

Administrateur

Voir le profil de l'utilisateur
ϟ messages : 1785
ϟ points : 48
ϟ âge : 21
ϟ inscrit le : 17/12/2012
ϟ date de naissance : 01/01/1996
ϟ avatar : Alfred Kovac
ϟ crédit : Signa moi, Avatar : Phanta Codes divers : Amiante.
ϟ âge : 23 ans
ϟ côté coeur : Relation ambiguë avec Aristée de Barjac.
ϟ jukebox : Ludovico Einaudi~Oltremare
ϟ citation : "Tout d’un coup, le temps file trop vite pour vous. En une fraction de seconde, tout votre monde s’écroule. Vous ne voyez plus, vous ne sentez plus de la même manière. Vous savourez tout, la moindre chose, un verre d’eau, une marche dans le parc. Le temps file. La plupart des gens veulent ignorer le temps qui s’arrêtera enfin. Ironiquement, c’est ce qui les empêche de vivre pleinement leur vie. Et ils boivent bien sur aussi des verres d’eau, mais sans jamais vraiment y goûter. Pour moi, le temps n’est pas flexible.C’est le moment ou j’ai décidé de mettre un terme a ma vie, qui a motivé mon œuvre. Il a même donné un sens. J’étais vraiment déterminé à me suicider...
Les gens qui ne profitent pas de la vie ne méritent pas de vivre." Saw.

ϟ double compte : Mérovée Avandeïev

Tu veux voir plus ?


MA VIE INTIME
ϟ mes relations :
MessageSujet: Re: J'ai pleuré sur ton corps une larme de sturpre. } Absynthe Cinabre   Mar 11 Mar - 2:23

Oh t'en fais pas, le petit Rimbaud là bas mord pas. Je crois pas ! xD J'en ai pas fait l'expérience du moins. Tu seras à la hauteur jolie trésor (a)

________________________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



Tu veux voir plus ?

MessageSujet: Re: J'ai pleuré sur ton corps une larme de sturpre. } Absynthe Cinabre   Mar 11 Mar - 6:22

Wooooooooow bienvenue *-* bon choix de personnalité et comme a dit Oscar si tu as besoin d'aide et tout et tout on est là dispo en mp, n'hésite pas à nous solliciter ^-^

Bon courage pour la fiche, hâte de lire *-*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



Tu veux voir plus ?

MessageSujet: Re: J'ai pleuré sur ton corps une larme de sturpre. } Absynthe Cinabre   Mar 11 Mar - 7:37

Bienvenue parmi nous =)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Candide écorché

Candide écorché

Voir le profil de l'utilisateur
ϟ messages : 1093
ϟ points : 0
ϟ âge : 22
ϟ inscrit le : 10/03/2014
ϟ date de naissance : 01/08/1995
ϟ avatar : Jack Roth (tumblr)
ϟ crédit : Jack Roth et phanta que j'aime <3
ϟ âge : 21ans
ϟ côté coeur : Comme un silence perdu entre deux accords
ϟ jukebox : Going to Hell
ϟ citation : Candide écorché

ϟ double compte : Roxxan

Tu veux voir plus ?


MA VIE INTIME
ϟ mes relations :
MessageSujet: Re: J'ai pleuré sur ton corps une larme de sturpre. } Absynthe Cinabre   Mar 11 Mar - 9:56

bienvenue plume de corbac. hate de voir Absinthe en action. et arrête de te tirer a pine, tu sera pire qu'à la hauteur.

________________________________

ca, c'était avant :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



Tu veux voir plus ?

MessageSujet: Re: J'ai pleuré sur ton corps une larme de sturpre. } Absynthe Cinabre   Mer 12 Mar - 23:19

Bienvenue, et bon courage pour finir la fiche, t'y est presque !   
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Voir le profil de l'utilisateur
ϟ messages : 656
ϟ points : 48
ϟ âge : 23
ϟ inscrit le : 25/06/2012
ϟ date de naissance : 26/01/1994
ϟ avatar : Mathias Lauridsen
ϟ âge : 22 ans
ϟ côté coeur : En plein doute mais quand même Célibataire aux dernières nouvelles.
ϟ jukebox : Funhouse! By Pink
ϟ citation : Quand on cède à la peur du mal, on ressent déjà le mal de la peur.


ϟ double compte : Aucun

Tu veux voir plus ?


MA VIE INTIME
ϟ mes relations :
MessageSujet: Re: J'ai pleuré sur ton corps une larme de sturpre. } Absynthe Cinabre   Ven 14 Mar - 16:41

Bienvenue parmi nous Dicaprio, je sens que tu va te faire violé XD Fais nous une fiche du tonnerre et ça a bien commencé à ce que je vois.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bang bang
My baby shøt me døwn

† Bang bang †  My baby shøt me døwn

Voir le profil de l'utilisateur
ϟ messages : 2064
ϟ points : 149
ϟ âge : 91
ϟ inscrit le : 08/09/2011
ϟ date de naissance : 30/04/1926
ϟ avatar : Samuel Larsen
ϟ crédit : Vava by Shiya et signa by Abyss de mon coeur ♥.♥
ϟ âge : 21 ans
ϟ côté coeur : Pathétiquement amoureux de son "ami" Yoav
ϟ jukebox : Anathema - Lost Control | Jeff Buckley - Grace | The Gathering - Home | Shape of Despair - Quiet these Faces are | Virgin Black - Our wings are burning | Silencer - Death, Pierce me.
ϟ citation : "La vie est faite d'illusions. Parmi ces illusions, certaines réussissent. Ce sont elles qui constituent la réalité."

ϟ double compte : I. Judas Velić

Tu veux voir plus ?


MA VIE INTIME
ϟ mes relations :
MessageSujet: Re: J'ai pleuré sur ton corps une larme de sturpre. } Absynthe Cinabre   Sam 15 Mar - 2:20

Et bien, très belle fiche   
Tu as une très belle prose, franchement, j'aime énormément ! Je te valide avec plaisir miss ♥️
Tu sais ce qui te reste à faire ; AMUSE TOI   

________________________________
Quietly these colours will fade. But soon they will be as one. For a moment i will stare, into this deep saddened sea. And will suffer the death's fright. Under these waves emotions lay, still never they'll return. As they are laid to rest, into this one lonely life. Which, perhaps is growing. Painfully... Into life to die...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Vert acid

Vert acid

Voir le profil de l'utilisateur
ϟ messages : 1115
ϟ points : 0
ϟ inscrit le : 10/03/2014
ϟ avatar : Leonardo Dicaprio
ϟ crédit : moi
ϟ âge : 21
ϟ jukebox : Poison/Alice Cooper

Tu veux voir plus ?

MessageSujet: Re: J'ai pleuré sur ton corps une larme de sturpre. } Absynthe Cinabre   Sam 15 Mar - 2:25

Fiche terminée ! (je crois ! J'espère)

Oscar, je le redis, ton avatar ben...   
Elijah : t'es trop chou ** merci   

Et merci a vous tous pour la bienvenue !
Alex : Quand est-ce qu'on tricote des napperons tout les deux ?

Zack : par toi quand tu veux   

     :zad:    (Pardon mais... Les smileys de ce forum me font trop rire <3)

Edit : Ah. Ah ben oui alors, elle est terminée XD Keenu, rapide comme la foudre o.o. Oscar encore plus. Et c'est trop gentil   

Alex : On tricote des napperons ?

________________________________

Ma cinglée préférée  ahan!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Tu veux voir plus ?

MessageSujet: Re: J'ai pleuré sur ton corps une larme de sturpre. } Absynthe Cinabre   

Revenir en haut Aller en bas
 

J'ai pleuré sur ton corps une larme de sturpre. } Absynthe Cinabre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» l'histoire de mon coeur
» L'histoire du Corps de Marine
» [résolu]Sous quel corps d'arme servait-il ?
» REPAS DE CORPS
» gommage pour le corps

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Piece of me :: build your future :: fiches validées-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com