AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
NOUVELLE VERSION ! PAR ICI
Joyeuses Saint-Valentin ♥️

Partagez | .
 

 Annexe II : Zagreb et l'homosexualité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
PORTE PAROLE DE
LA COMMUNAUTÉ GAY


Voir le profil de l'utilisateur http://gay-community.forumgratuit.org
ϟ messages : 437
ϟ points : 1
ϟ inscrit le : 17/07/2011
ϟ avatar : Evangeline Lilly.
ϟ âge : 31 ans.

Tu veux voir plus ?

MessageSujet: Annexe II : Zagreb et l'homosexualité   Dim 4 Mai - 3:20


Annexe sur Zagreb

Annexe II  




L'homosexualité et la Croatie  



Il est difficile de parler de la Croatie comme une destination gay friendly. Au risque de déplaire aux croates, qui se sentiraient viser par la généralité, force est de constater que bien des progrès sont encore à faire en matière de respect à l’égard des homosexuels croates ou étrangers, en Croatie. Comme c’est le cas dans tous les pays de Balkans, la Croatie a encore beaucoup d’efforts à réaliser pour lutter contre la discrimination faite aux homosexuels, y compris aux touristes. Toutefois, il n’est pas toujours évident de s’afficher ouvertement comme homosexuel en Croatie. Certes, il existe des destinations festives comme des campings, des plages clairement dédiés aux homosexuels y compris des plages naturistes pour les amateurs du genre, mais il est plutôt recommandé de ne pas être trop démonstratif dans ses gestes, ses paroles, ou son orientation sexuelle. L’adage selon lequel pour vivre heureux, mieux vaut vivre caché est donc de rigueur en Croatie quand on est homosexuel pour éviter toute manifestation homophobe.

Faut-il conclure que les croates seraient homophobes? S’il est absurde de généraliser sur ce type de question en parlant de tout le peuple croate, un affichage trop public de son homosexualité peut être rapidement perçu comme une provocation, y compris aux yeux des jeunes croates, et surtout des jeunes hommes, qui pourraient y voir une agression « symbolique » et avoir envie de prouver leur masculinité une violence verbale ou carrément physique. Amnesty international, qui a réalisé une enquête sur l’intolérance en Croatie à l’égard des LGTB (lesbiens, gays, transgenres et bi) confirme que les agressions désormais mieux répertoriées par la police croate, sont une réalité dans toute la Croatie. D’ailleurs, la seule gay pride de 2011 organisée à Split, capitale dalmate, a priori reconnue pour son art de vivre, a permis d’enregistrer plus de 45 crimes ou actes de violences à la faveur d’une contre-manifestation très dure et d’un niveau de violence important pour s’opposer à la Marche des fiertés et à la reconnaissance des homosexuels. Toutes les gay prides organisées (la première à Zagreb datant de 2002) restent toujours sous haute tension, avant comme pendant les marches. A l’image de la première gay pride organisée à Belgrade et qui a subi les attaques de contre-manifestants totalement dégénérés, les gay prides incarnent les difficultés de la société croate à reconnaître les différences, ce qui est renforcé par l’aggravation de la discrimination entretenue par l’église catholique, encore influente dans un pays où 90% des habitants se reconnaissent catholiques. En tant que capitale, Zagreb reste l’une des villes où l’on peut trouver des lieux gay friendly pour sortir, même s’ils sont rares.


Homosexuel à Zagreb



Zagreb est plus ouverte face à l'homosexualité. La preuve ; la Gay Pride s'y déroule chaque année en juin ! Et outre le défilé estival, d'autres évènements gay friendly ont lieu dans cette ville rassurante aux airs de métropole d'Europe de l'Ouest. Est-ce que cela signifie que la vie est un long fleuve tranquille pour les gays et lesbiennes croates face à la très grande majorité (aux alentours de 90%) des hétéros catholiques du pays ? La réponse non.
Le coming out se fait en douceur. Montrer son affection en public est souvent accepté, mais pas toujours recommandé. Il faudrait choisir les bons quartiers et éviter les endroits où la communauté catholique se donne rendez-vous.

L'homosexualité le concubinage sont autorisés en vertu d’une loi de 2004, bien que le mariage homosexuel demeure illégal. Les couples gays peuvent bénéficier des mêmes droits que les couples hétérosexuels. Mais ils doivent pour cela attendre trois ans de vie commune. La discrimination sur l’orientation sexuelle, l’identité sexuelle et l’expression sexuelle a été totalement interdite grâce à la loi contre les discriminations votée début 2009.
Tirés de faits réels ; Récemment, le tribunal du Comitat de Zagreb a livré le premier verdict du pays dans une affaire de crime de haine envers les homosexuels. En janvier 2011, deux jeunes hommes ont été condamnés à 60 jours de travaux forcés et 6 mois de prison avec sursis pour avoir attaqué deux hommes devant une boîte de nuit de Zagreb deux mois plus tôt. Un mois plus tôt, un chargé de TD de l’université de la ville de Varazdin, dans le nord de la Croatie, a porté plainte contre l’institution universitaire pour harcèlement du fait de son orientation sexuelle.



Homosexualité et Religion



Si vous étiez à la première Gay Pride de Zagreb le 28 juin 2002, vous avez peut-être croisé des députés. « Ils sont politiquement corrects, maintenant », considère Zvonimir Dobrovic, le directeur artistique du Festival Queer Zagreb des Arts de la Scène. Parmi les livres et magazines qui s’alignent dans son bureau, un ouvrage de contes gays. « C’est à nous d’utiliser cette mouvance, mais on voit qu’ils ne sont pas pleinement dans la cause et qu’aucun politique ne pourra réussir à opérer un véritable changement. » Et pour cause, le gouvernement est souvent sous l’influence de l’Église. En mars 2011, Kontra et Iskorak ont attaqué en justice une professeur d’éducation d’une école primaire catholique de Zagreb. Jelena Mudrovic avait en effet affirmé pendant sa classe que l’homosexualité était une maladie. Le principal de l’école a défendu sa femme, affirmant qu’elle n’avait fait que citer le livre de cours. L'homosexualité dans ce livre autorisé par le gouvernement est en réalité considérée comme un pêché. En soutien à l'enseignante, un groupe de religieux a manifesté devant le tribunal pendant l’audience, accusant la société d’être « christianophobe ». « Ils étaient très radicaux et très agressifs. Ils chantaient des chansons à propos de Satan », se souvient Edo. Une fois la professeur condamnée, Kontra et Iskorak ont écrit une lettre officielle pour se plaindre du texte rapporté dans l’ouvrage. Le gouvernement a répondu par la négative, précisant que le livre avait satisfait tous les critères et qu’il n’y avait aucune nécessité de le modifier.

Mais la religion n’est pas le principal problème de la communauté gay. « Beaucoup de personnes sont uniquement catholiques par défaut, par naissance. C’est de l’hypocrisie », résume Edo. Tajana Josimovic, une employée lesbienne de la mairie de Zagreb, voit un autre problème : « Ma mère était gênée par ce que les gens diraient. C’est de l’ignorance. La plupart d’entre-elles ne connaissent absolument aucune personne gay ou lesbienne ». L'ignorance pardi ! « Après tout, l’homophobie est une phobie », renchérit Edo. Reste le poids de l’institution du mariage : « Si tu ne le fais pas, c’est que quelque chose ne tourne pas rond chez toi ». Une obligation pourtant interdite aux couples homosexuels. Le temps fera-t-il son travail ? « Les gens veulent du visuel, tu dois voir deux gars ou deux filles en train de s’embrasser », afirme Zvonimir. « Nous devons arriver à un point où les gens ne le remarqueront même plus. Mais cela prend beaucoup de temps et d’énergie pour briser ces petites opinions homophobes. Un changement opérationnel doit s’opérer. C’est un processus d’apprentissage fastidieux. »

Phantasmagoria aka Oscar




________________________________
PNJ - ne pas envoyer de messages privé.
Revenir en haut Aller en bas
 

Annexe II : Zagreb et l'homosexualité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» question feuille présemce réelle
» Question annexe
» Annexe St Anne
» Réclamation de la subvention
» SNSM OUISTREHAM

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: For the first time :: gaypride :: Les annexes-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Air du temps et Société | Homosexualité