AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
NOUVELLE VERSION ! PAR ICI
Joyeuses Saint-Valentin ♥️

Partagez | .
 

 This is my business ♫ Donarian fet. Elijah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité



Tu veux voir plus ?

MessageSujet: This is my business ♫ Donarian fet. Elijah   Mer 10 Déc - 22:30


THIS IS MY BUSINESS
Donarian feat. Elijah

Quelques heures plus tôt, dans son bureau, M. Zaïtsev écoutait l'histoire de son client afin de l'aider au mieux pour cette affaire. Il ne cessait de lui poser des questions pour avoir un peu plus d'information afin de gagner ce procès pour elle. Stylo à la main, il notait les informations qui lui serviraient sans aucun doute pendant le procès qui aura lieu dans une semaine. Pour quelle raison s'était-elle retrouvée dans ce genre de problème, pourquoi avait-elle besoin d'un avocat ? Deux réponses s'annonçaient : Elle aurait portée plainte ? Ou... On aurait porté plainte sur elle ? Pour ce fameux avocat présent ici pour l'aider, sa spécialité était de défendre l'accusé. Et il n'a encore jamais perdu un procès.

« - Je vous répète, mardi soir, j'étais à une réunion du syndicat en compagnie de trois collègues, Jessica Abbot, Marie Jakespoltskin et Damien Fulgerrien. Le patron était en retard, alors par curiosité, je suis sortie de la salle de réunion pour regarder s'il arrivait. J'ai même descendu les étages, et lorsque je l'ai trouvé, il était déjà mort. J'ai fais la grande erreur de le toucher, et à ce moment là, son secrétaire, Benjamin Ludwig, qui ne m'aime pas d'ailleurs, avait appelé la police en pensant que je l'avais tué. C'était impossible de discuter avec lui.
- Est-ce que M. Ludwig aurait eut un comportement étrange ? Demandait-il tout en notant les informations.
- Non, pas vraiment, il était surtout paniqué en me voyant avec le cadavre du patron. Avait répondu sa cliente. Mais il faut savoir que M. Ludwig est homosexuel et que le patron était homophobe, donc c'était tendu avec eux. Mais je ne pense pas qu'il l'ait tué, ce p'tit gars, serait incapable de faire de mal à une mouche, c'est vraiment un amour. Alors je vous prie, aidez moi !
- Je vous promet que je vous sortirais de là. Disait-il en souriant. Vous pouvez disposer, je vais partir pour commencer à poser des questions aux autres témoins. Je ferai tout mon possible. »

Sa cliente hochait la tête, tandis qu'elle rangeait ses affaires avant de partir en le remerciant. Une fois seul dans son bureau, il se penchait en arrière pour souffler un peu, enfin il allait pouvoir être tranquille. Même en même temps, il regardait les photos que li avait laissé la femme pour qu'il puisse aller interroger ce témoin. Et l'homosexuel, il l'avait déjà vu au lemon club, sympathique comme petit gars d'ailleurs. Et... bon coup. Il eut alors un sourire triomphant, sachant qu'en même temps, il allait s'amuser comme un fou. Se levant de sa chaise confortable, il attrapait sa veste qu'il enfilait rapidement en prenant soin de mettre son écharpe préférée. Ayant un miroir accroché à la porte de son bureau, il se recoiffait d'une main rapide avant de sortir en saluant ses collègues, dont certains rentraient chez eux. Une fois dehors, il s'était dirigé jusqu'à sa voiture, garée sur le parking réservé aux avocats. Il démarrait ensuite, s'engageant sur la route en direction du lemon club. Il allait s'amuser en même temps que soutirer des informations.

Arrivé sur place, M. Zaïtsev rangeait sa voiture entre une camionnette et une Mercedes avant de sortir de sa caisse et la verrouiller, vérifiant toutes les portes pour ensuite s'y détourner et marcher jusqu'à l'entrée. Étant un habitué des lieux, Donarian connaissait déjà les vigiles et passait donc facilement. A l'intérieur, il longeait le couloir, donnant sa veste à l'accueil avant d'aller s'éclater parmi les personnes sur la piste de danse. En même temps, il regardait autour de lui pour voir si le secrétaire qu'il recherchait était là ce soir. Sinon, il irait lui rendre une visite demain dans la journée. Mais il n'était pas encore là, alors, puisqu'il était sur les lieux, autant rester pour s'amuser et voir si ce dernier arrive dans la soirée. Mais dans toute la foule, une personne attira son attention. Oui, une seule. Non pas qu'il avait envie de se le taper, mais c'était surtout parce que cette bouille là, il l'a connaissait déjà. Et comment dire, cela allait faire tellement longtemps qu'ils ne s'étaient pas vu après qui soit partit à la fac de droit. Zigzaguant alors entre les personnes présentes, bien qu'ils soient vraiment très nombreux, il finit par arriver derrière ce jeune homme là, derrière celui qui était dans la même famille d'accueil que lui dans le passé. Sachant que ce dernier ne s'y attendait pas, il vint se coller à son dos en lui susurrant à l'oreille.

« Si tu te retourne, tu vas me mettre une bonne gifle pour ne pas t'avoir donné de nouvelles depuis mon départ ? »




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Administrateur

Administrateur

Voir le profil de l'utilisateur
ϟ messages : 1785
ϟ points : 48
ϟ âge : 21
ϟ inscrit le : 17/12/2012
ϟ date de naissance : 01/01/1996
ϟ avatar : Alfred Kovac
ϟ crédit : Signa moi, Avatar : Phanta Codes divers : Amiante.
ϟ âge : 23 ans
ϟ côté coeur : Relation ambiguë avec Aristée de Barjac.
ϟ jukebox : Ludovico Einaudi~Oltremare
ϟ citation : "Tout d’un coup, le temps file trop vite pour vous. En une fraction de seconde, tout votre monde s’écroule. Vous ne voyez plus, vous ne sentez plus de la même manière. Vous savourez tout, la moindre chose, un verre d’eau, une marche dans le parc. Le temps file. La plupart des gens veulent ignorer le temps qui s’arrêtera enfin. Ironiquement, c’est ce qui les empêche de vivre pleinement leur vie. Et ils boivent bien sur aussi des verres d’eau, mais sans jamais vraiment y goûter. Pour moi, le temps n’est pas flexible.C’est le moment ou j’ai décidé de mettre un terme a ma vie, qui a motivé mon œuvre. Il a même donné un sens. J’étais vraiment déterminé à me suicider...
Les gens qui ne profitent pas de la vie ne méritent pas de vivre." Saw.

ϟ double compte : Mérovée Avandeïev

Tu veux voir plus ?


MA VIE INTIME
ϟ mes relations :
MessageSujet: Re: This is my business ♫ Donarian fet. Elijah   Jeu 25 Déc - 17:18

( Je résume pour la compréhension, Aristée est l’ex d’Elijah, pendant plus de trois ans ils se sont tournés autour, mais Arisée, le joueur, à décider d’arrêter l’aventure ici, donc on à décider de sa mort. Mais Elijah est dans le doute, puisque le garçon en question, lui a mentit énormément, faisant croire à pas mal de conneries pour le rendre accroc. J’espère que c’est clair, donc Elijah est légèrement en dépression. )

Ma journée s’était déroulée comme la plupart des autres. La danse. Mon professeur avait décidé la semaine dernière de me faire suivre un programme légèrement plus intensif en vue de me préparer au prochain gala que mon école organisait et dont les étudiants comme moi en quatrième année devait impérativement participer. Cette note déterminerait en grande partie l’avancé de nos résultats, et comment nous nous présentons au public. En bref, un rythme bien trop soutenu pour mon humeur actuelle. Et encore, l’humeur actuelle, c’est plus une sorte d’état second depuis que j’ai appris la mort d’Aristée, un état qui me fait perdre pied même quand tout semble aller bien. Aristée, mort ? Ou alors peut être que c’est encore un de ses vilains coups pour me faire croire qu’il est indispensable. Non, en fait, ça serait un peu trop dur de sa part de faire ceci, je ne pense pas qu’il en soit réellement capable, bien qu’il mai fais croire à pas mal de choses comme le fait que ma maison aurait bruler, ou qu’il était mon meilleur ami. Bah tiens, belles conneries. Quel con. Un vrai connard, qui crève sans même me laisser l’occasion d’le buter avant. Sans même me laisser l’occasion de le tuer moi-même, ou le frapper pour se barrer comme ça sans moi. Et là, y’a les larmes qui roulent sur mes joues, faut croire que je peux encore pleurer pour ce connard, faut croire que les larmes parfois sont infinies. Quelle merde. C’est à cet instant que mon professeur de danse est venu me voir, également mon ex, mais que j’ai laissé tomber pour l’autre con qu’est mort. Ma vie semble définitivement se résumé à lui. Au final, ce n’est peut être pas une mauvaise chose de danser la moitié du temps de ma journée, ça me permet de ne pas trop flancher, de ne pas trop pleurer. Ni d’aller voir son cadave, ou d’organiser l’enterrement du connard. Qu’aurais-je pu écrire en éloge funèbre au fond ? « Aristée était quelqu’un de formidable, toujours présent, et très fidèle à ses amis. Il a toujours été compréhensif, et très à l’écoute… » Non, ça c’et la version qu’il a voulu montrer à tous les autres, moi j’aurais pu commencer comme ça plutôt. « Aristée c’est pas vraiment un gars sympas, c’est un vrai connard. Rien que le premier jour ça à commencer d’ailleurs, il ordonner à ses fidèles toutous de me frapper parce que je faisais un peu trop pédé. Le pire dans l’histoire, c’est que quand je suis venu pour lui démonter la gueule, on s’est pas frapper mais caresser, et ça àa finit ou vous savez. Pusi après y’a eut la bombe dans cette boite gay, j’y étais et j’ai perdu la mémoire. Il était tous les jours là, c’est vrai, mais quand j’ai perdu la mémoire suite au choc il m’a quand même raconter qu’il était mon meilleur ami, alors qu’on couchait ensemble toutes les semaines, et que ma maison avait bruler, tout ça pour que j’emménage chez lui…Aristée, c’était un vrai enculé vus savez.. » Et il ma rendu accroc à lui, suffisament pour que j’en meurs de honte, que j’en meurs de chagrin.Mon professeur disais-je vient à l’instant de me voir pleurer, et mes larmes semblent dénuer de sens, mes yeux perdu vers lui, et ce dernier murmurant. « ça ira, tu surmonteras ça, je serais avec toi. »

C’est donc dans cet était d’humeur excécrable que je suis arrivé dans cette boite, vraiment décider à me défoncé, à tellement me défoncé que je ne m’en réveille pas. Hey, ce serait beau, Aristée et moi dans le même tombeau. Faut imaginer. Aut imaginer les deux amants damnés, comdamnés ensemble. C’est après m’être injecter pas mal de drogue, que je suis allé sur la poste, ou une voix étrangement familière à raisonner à mon esprit. Pas Aristée, non lui n’est plus qu’un dangereux souvenirs. « Si tu te retourne, tu vas me mettre une bonne gifle pour ne pas t'avoir donné de nouvelles depuis mon départ ? » Je n’ai pu réprimer mon sourire grandissant alors que je me retourne, fou de joie, du mois, dans la mesure du possible. « Une gifle ? Non,c’pour les tapettes les gifles, tu me connais, je tape bien plus fort que ça. J’espère que t’a une bonne excuse mon gars pour pas avoir donner de nouvelle. Parce que mes points me démange » Un peu d’ironie, et une étreinte pour le rassurer. Une retrouvaille qui tombait à pic si on peut dire.

________________________________
Revenir en haut Aller en bas
 

This is my business ♫ Donarian fet. Elijah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le "charity business", version française
» L'éthylotest obligatoire un business juteux.....
» reportage "the business of being born"
» Le Seigneur des anneaux
» Elijah Wood

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Zagreb :: sesvete :: lemon club-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit