AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
NOUVELLE VERSION ! PAR ICI
Joyeuses Saint-Valentin ♥️

Partagez | .
 

 ♦ Je ne suis pas gay ♦ Luka Bekavac

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Voir le profil de l'utilisateur
ϟ messages : 69
ϟ points : 0
ϟ inscrit le : 04/01/2015
ϟ avatar : Sean O'Pry
ϟ crédit : Heardies (Bazzart), Phoebetonkin (tumblr)
ϟ âge : 26 ans
ϟ côté coeur : Un morceau de caillou perdu dans le fin fond de l'espace
ϟ jukebox : The Sacrifice - Michael Nyman
ϟ citation : Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit * Mark Twain


Tu veux voir plus ?


MA VIE INTIME
ϟ mes relations :
MessageSujet: ♦ Je ne suis pas gay ♦ Luka Bekavac   Dim 4 Jan - 21:50

Bien le bonjour à tous :D Après mûres réflexions avec moi-même sur si je m'inscrivais maintenant ou pas (malgré mes partiels qui commencent), j'ai cédé à la tentation ^^ Je devrais malgré tout pouvoir finir ma fiche dans les délais


Luka Bekavac
Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit ▲ TWAIN M.
carte d'identité
nom complet ▲ Bekavac prénoms ▲ Luka Andrej Nikola age ▲ 26 longues années que je traîne sur Terre date de naissance exacte ▲ 21 juin 1988 lieu de naissance ▲ Sarajevo nationalité et origines ▲ Je suis né yougoslave, dans ce qui est aujourd'hui la Bosnie. Mais mes parents ont fait le choix de la nationalité croate en 1992 statut ▲ Fiancé, pour l'image occupation ▲ Officiellement, héritier du groupe industriel de son père. Officieusement, il gère une partie des sombres affaires de la famille Bekavac orientation sexuelle ▲ Compliquée groupe ▲ Losing control of myself avatar ▲ Sean O'Pry
✎ CARACTÈRE
Comment décrire en quelques mots quelqu'un comme Luka ? Toute une vie passée à ses côtés ne suffirait par pour explorer toutes les facettes de sa sombre personnalité. Ceux qui le côtoient ne voient que la partie émergée de l'iceberg, celle façonnée pendant de longues années par son père. Il en a fait un être froid, qui remise ses émotions au fond d'un cœur de pierre pour se concentrer sur l'essentiel, un être qui sait user de ses charmes pour arriver à ses fins. Un jeune homme élevé dans une foi qui ne lui parle pas mais à laquelle il adhère par tradition et pression familiale. Ses expressions sont autant de masque dont il change selon les circonstances, ses sourires qui font fondre les femmes sont faux, et chacun des mots qu'il prononce est fait pour atteindre un but précis. Ne vous laissez pas tromper pour sa nonchalance, vous y perdriez des plumes. C'est un homme dangereux, qui s'emporte facilement et peut rapidement devenir incontrôlable. Il a conscience de son charme et de son statut et aime en jouer quand il le faut.
Mais derrière ses masques, ses réactions virulentes, Luka tente de se protéger. Des souvenirs qui le tourmentent, des blessures qui ne se sont jamais refermés, des vérités qu'il n'ose pas assumer. Pour  ne pas décevoir son père, il a tout fait pour effacer ses propres rêves, ses envies de liberté. Pour ne pas être jugé, il ne cesse de vouloir être normal, rentrer au moins un minimum dans le moule. Il a peur. De ses désirs qui le consument un peu plus chaque jour, de ce qui se passerait si son père apprenait la vérité sur ses escapades. Il ment à beaucoup de gens, lui en premier.
Il souffre, Luka. Mais seulement en cachette, quand personne ne le voit. Quand il est seul, il crie. Adolescent, il se faisait du mal, comme pour compenser le mal qu'il faisait aux autres. Il se faisait du mal pour se punir de désirer les hommes alors que la norme voudrait qu'il aime les femmes. Les femmes, ce n'est pas qu'il ne les aime pas. Il apprécie de discuter avec elles, de les côtoyer. Mais ce n'est pas leurs caresses qu'il veut, pas leurs baisers. Il ne ressent rien quand il les embrasse, quand ses mains parcourent les courbes de leur corps. Pourtant il couchent avec elle. Pour les apparences, pour la société. C'est en secret qu'il assouvi ses désirs, qu'il se laisse pour une nuit aller dans les bras d'un homme. Une nuit de temps à autre où il peut cesser d'être l'héritier Bekavac et devenir simplement Luka.
Il ne sait pas comment aimer, Luka. On lui a appris à tromper, à séduire, à faire mal, à torturer mais on ne lui a pas appris à aimer. Il chuchote des « Je t'aime » aux femmes qu'il séduit mais il n'y croit pas. Il est violence, Luka. Violence et souffrance. Ses poings partent vite et souvent, sachant là où frapper pour faire mal. Luka souffre et il fait souffrir. Il couche avec des hommes mais les traite de tapette, gémis sous leurs caresses mais refusera toujours d'admettre qu'il est comme eux. Il refuse de mettre un nom sur ce qu'il ressent, voyant cela comme une maladie dont il n'arrive pas à guérir et dont il ne peut parler à personne.

✎ PARTICULARITÉS
Luka a un regard étrange. Un regard froid, glacial. Le regard d'un homme qui a déjà tué de sang-froid et qui n'hésitera pas à recommencer si c'est nécessaire. Un regard qui fait frissonner les personnes sur qui il le pose tant il est parfois dénué d'expression et qui semble lire jusque aux tréfonds de votre âme.  
Son corps sculpté par des heures de sport est marqué par de nombreuses cicatrices, récoltés à diverses occasions mais la plus impressionnante reste celle de son dos, une immense brûlure, souvenir de l'incendie qui a coûté la vie à sa mère.
Cet incendie l'a aussi fortement marqué psychologiquement. Il a développé une pyrophobie et depuis ce jour, de nombreux cauchemars peuplent ses nuits.La voie qu'il a choisi n'a rien arrangé sur ce point.
Dans la grande majorité des cas, il est vêtu d'un costume sur-mesure de grands couturiers. Il a les moyens de se les payer, alors pourquoi s'en priver ? Il lui arrive de déroger à cette habitude. Quand il enfourche sa moto pour une escapade d'une nuit dans une ville voisine, pendant laquelle il se donne le droit de savourer l'étreinte d'un homme.
Luka est accro à la vitesse. Il aime les belles voitures de sport et par-dessus tout, les motos. Il en a plusieurs dans son garage, de divers marques. C'est sur sa moto qu'il file dans la nuit vers quelques heures d'oubli. Et il lui arrive assez souvent d'aller faire un tour de piste entre deux réunion stressantes pour se détendre. L'adrénaline, c'est son anti-stress. Il ne peut pas s'en passer, aime la rechercher par tous les moyens. D'après lui, aucune drogue ne pourra lui procurer l'extase qu'il atteint au guidon de ses bécanes.
En plus du croate, Luka parle couramment anglais et maîtrise à un bon niveau le français et le russe
Luka dort généralement seul. Les rares fois où quelqu'un se retrouve avec lui au lit pour plus longtemps qu'une partie de jambes en l'air, il est incapable de fermer l’œil, de peur de se réveiller en proie à une crise d'angoisse suite à un cauchemar


derrière l'écran
PSEUDO ▲ Tu peux m'appeler "Maître"    PRÉNOM ▲ Jane AGE ▲ 19 ans SCÉNARIO ? ▲ Nope PRÉSENCE ▲ Sur le forum, je peux venir un peu tous les jours. Pour les RP's, je dirais une ou deux fois par semaine selon l'inspi    COMMENT ES-TU ARRIVE ICI ?▲ Top-site ^^ CE QUE TU PENSES DU FORUM ? ▲ J'adore le contexte et le design :D  CODE DU REGLEMENT Code Validé by Elijah AUTRE ▲ Pressée de rp avec tout le beau monde que j'ai recontré sur la CB (et les autres aussi)      DIVERS CREDITS ▲ gif on tumblr
POUR NOUS AIDER  
Code:
» <b>SEAN O'PRY</b> ▲ Luka A. N. Bekavac




Dernière édition par Luka Bekavac le Ven 9 Jan - 22:47, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Voir le profil de l'utilisateur
ϟ messages : 69
ϟ points : 0
ϟ inscrit le : 04/01/2015
ϟ avatar : Sean O'Pry
ϟ crédit : Heardies (Bazzart), Phoebetonkin (tumblr)
ϟ âge : 26 ans
ϟ côté coeur : Un morceau de caillou perdu dans le fin fond de l'espace
ϟ jukebox : The Sacrifice - Michael Nyman
ϟ citation : Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit * Mark Twain


Tu veux voir plus ?


MA VIE INTIME
ϟ mes relations :
MessageSujet: Re: ♦ Je ne suis pas gay ♦ Luka Bekavac   Dim 4 Jan - 21:51


It's not a fairy tale
Avec le temps, vous verrez que parfois, ce qui compte, ce n'est pas ce qu'on a, mais ce à quoi on renonce ▲ ZAFON

 
Assis à côté du lit, Luka caresse tendrement les cheveux du blond inconscient. Son cœur se serre à le voir si pâle, entouré de fils et de machines. Il sait que personne ne viendra les déranger et c'est pourquoi il s'autorise ces gestes d'affection. D'une voix douce, légèrement nouée, il lui murmure :
-  Je suis venu te dire adieu Neven. C'est la dernière fois que tu me verras, le point final d'une histoire qui a commencé il ya plus de vingt ans. Te souviens-tu Neven ? De ma famille arrivant à Zagreb, fuyant une Sarajevo assiégé par les Serbes ?  Te rappelles-tu des gamins que nous étions à l'époque, encore planqué dans les jupes de leurs mères ? Je nous revois jouant sur le tapis alors que nos parents discutaient. C'est entre autre grâce à l'aide de ton père que nous avions pu quitter Sarajevo et venir nous installer ici.  Et moi, pauvre gamin de quatre ans, je comprenais juste que nous allions commencer une nouvelle vie. J'aime croire que même si nos parents n'avaient pas été aussi proches, nous nous serions connu. Parce que je n'imagine pas une vie sans toi. Mon frère de tout sauf de sang. 8 ans me séparait de Sebastijan à qui revenait ce privilège  et il était trop occupé avec notre père pour s'intéresser à moi. Tu es donc devenu mon compagnon de jeu, le partenaire de tous mes mauvais coups. Combien d'adultes avons-nous fait tourner en bourrique ? Sais-tu qu'à chacune de nos séparations, plus ou moins longues, je comptais scrupuleusement les heures ou les jours qui me séparaient de nos retrouvailles ? Tu étais ma moitié et je me sentais vide sans toi à mes côtés. Tu rendais les journées à l'école moins longues, les sermons du prêtre à la messe moins ennuyeux. Tu étais le plus timide de nous deux et si j'aimais t'embêter à ce propos, je ne laissais personne d'autre dire du mal de toi. Ces années d'insouciance sont-elles restées gravées dans ta mémoire comme elles le sont dans la mienne ?
Il s'arrête un instant de parler, regardant se soulever doucement la poitrine de Neven. Dans la chambre, seul résonne ne bip régulier de l'électrocardiogramme avant que Luka ne reprenne la parole, continuant à dérouler le fil de leur histoire
- Nous aurions pu rester de simples amis, deux garçons grandissant ensemble. Mais la vie n'est jamais aussi simple. Déjà à cette époque, tu étais beau Neven. Je ne sais pas si les autres s'en rendait compte mais tu étais un rayon de soleil. Mon rayon de soleil avec tes boucles blondes, ton regard d'émeraude, tes sourires et tes éclats de rire. Te rendais-tu compte de la lumière que tu irradiais et de mon regard qui te dévorais. ? Nous n'avions que 8 ans et déjà il m'arrivait de laisser ma main s'attarder sur ta peau pour en goûter encore quelques instants la douceur. Je t'ai même embrassé une fois. Et toi, tu me laissais faire. Appréciais-tu vraiment ou n'osais-tu pas refuser à cause de nos positions respectives ? Si nos parents étaient amis, mon père dirigeait l'une des plus grosses entreprises de la ville tandis que le tien y était employé. Enfin, c'est ce que je croyais à l'époque. Je pensais que mon père était trop pris par son boulot, que ma mère aussi et je ne voyais pas ce qui se passait sous mes yeux. On m'aurait sûrement mis au courant un jour ou l'autre, quand je serais plus grand. Mais ma vie a basculé Neven, trop vite. Je suppose que tu n'as pas oublié cette nuit d'octobre 1997 où un incendie a ravagé notre maison. Nous n'étions que trois présents ce jour là : ma mère, ma petite sœur de trois ans et moi. Elles sont mortes toutes les deux tandis que j'ai été marqué à vie, aussi bien dans ma chair que dans mon esprit. Il pleuvait le jour de leur enterrement, comme si le ciel aussi pleurait leurs disparitions. Je n'ai pas versé une seule larme, ne voulant pas paraître faible. Mais j'avais mal. Mon cœur pleurait la perte de deux êtres chers, mon dos encore couvert de bandages ne cessait de faire souffrir. Les mois suivants ont été horribles, te rappelles-tu ? Je ne cessais de me réveiller en pleine nuit, le front couvert de sueur et j'étais incapable d'approcher à moins de deux mètres de la moindre flamme. Tu m'as soutenu à chaque instant, restant à mes côtés.
Je ne t'ai jamais raconté comment s'est fini cette histoire. Je n'en ai pas eu le droit. C'est différent aujourd'hui. Je veux que tu sache tout, nos années communes comme les zones d'ombres. Je me suis réveillé une nuit, après un cauchemar Tu dormais si paisiblement, je n'ai pas osé te réveiller. Je me suis levé silencieusement et je suis descendu à la cuisine pour boire un peu. L'une des portes du couloir était entrouverte et de la lumière et des bruits en filtraient. Je sais que cela menait à l'une des pièces que mon père m'avait interdite mais ma curiosité a été plus forte. J'aurais peut-être mieux fait de m'abstenir. J'ai lentement descendu la volée de marches et me suis tapi au bout. La pièce qui s'ouvrait en bas était assez rudimentaire et simplement éclairé par une ampoule fixé au plafond. Les personnes se trouvant là était beaucoup plus étonnant. Il y avait mon père calé sur une chaise et le tien debout à ses côtés. Tous deux observait les deux autres personnes au centre de la pièce. Le premier était ficelé sur une chaise et semblait mal en point. Debout face à lui, Sebastijan couvert de sang et de sueur. Quand il a projeté son poing vers la mâchoire de l'homme attaché, celui a relevé la tête et je n'ai pu retenir un cri de surprise en reconnaissant l'un de nos domestiques. Mon cri a fait se stopper mon frère et se retourner mon père. J'ai senti son regard furieux se poser sur moi et je n'ai pas osé bouger d'un centimètre alors qu'il se levait lentement et s'approchait de moi. J'ai retenu mes tremblements alors qu'il se dressait face à moi, n'ai pas bronché quand sa main s'est abattu sur ma joue tandis qu'il m'ordonnait de remonter et de l'attendre dans le salon. J'ai hoché la tête et filé en vitesse au salon où je me suis assis sur le canapé, tremblant dans mon pyjama. De longues minutes se sont écoulés avant qu'il ne me rejoigne. Je me suis crispé, craignant de nouveaux reproches mais il s'est assis à côté de moi en soupirant. Je n'avais jamais vu mon père aussi désespéré. Je me doutais que la perte de sa femme et sa fille l'avait affecté mais il semblait rester fort et imperturbable en toutes circonstances. Sa voix était étonnamment douce quand il a pris la parole. Il m'a dit que l'homme qui était en bas lui avait causé beaucoup de tort, qu'il était en partie responsable de l'incendie de la maison, incendie qui n'avait rien d'accidentel. Il a ensuite eu un sourire un peu triste puis m'a ébouriffé les cheveux et m'a dit que viendrait un jour où je serais assez grand pour comprendre tout cela. Mais que pour l'heure, je devrais être au lit et que je ne devais parler à personne de ce que j'avais vu. Pas même à toi Neven. La vérité, je l'ai peu à peu comprise. J'ai vu l'obscurité derrière la façade doré. Les traces de sang sur le plancher, les traces de coups et les blessures des personnes qui venaient à la maison. Les chuchotement, les dossiers que mon père faisait disparaître quand j'allais le voir. Si en apparence, mon père avait tout d'un honnête homme d'affaires, il gérait dans l'ombre l'un des plus gros réseaux de trafics des Balkans. M'aurais-tu cru si je te l'avais raconté ? Je suppose que oui. Tu me croyais, quoi que je te dise.
Les années ont continué à s'écouler et l'intérêt que je te portais n'a cessé de grandir. Ce que je prenais pour une affection normale est devenu quelque chose de bien plus fort. Malgré les remarques du prêtre à l'église et celle de mon père que je comprenais de mieux en mieux, je n'ai pas arrêté mes jeux avec toi. J'ai continué de t'embrasser et nous avons découvert nos corps avec la timidité et l'innocence des enfants que nous étions. J'étais bien avec toi, je n'avais pas l'impression d'être malade ou étrange. Je sais que Sebastijan embrassait des filles et j'avais déjà essayé pour voir mais je n'avais pas aimé. Ce sont tes lèvres que je voulais Neven, seulement les tiennes.
Combien de temps cela aurait-il pu durer ? J'en sais rien. Et qu'importe  puisque ça n'a pas duré. Enfin, pas aussi longtemps que je l'espérais. Tu es parti, une première fois. Ton père avait été muté aux Etats-Unis, toi et ta mère l'avez suivi. Nous avions 12 ans et j'ai cru qu'on venait de m'arracher le cœur. Tu partais. Loin. Longtemps. Sans savoir quand tu reviendrais. Je me suis fermé pour ne pas laisser les larmes couler. Tu t'es approché de moi et tu m'as promis que tu ne m'oublierais ps, que tu reviendrais. Et puis, geste qui nous a autant surpris l'un que l'autre, tu as posé tes lèvres sur les miennes. Tu n'avais jamais fait le premier pas, me laissant le loisir de mener la danse. Notre baiser a vite pris le goût des larmes qui coulaient de nos yeux. Pourquoi a-t-il fallu que ce soit cet instant que choisisse mon père pour ouvrir la porte ? Un instant de plus et nous nous serions séparés. Seuls seraient restés nos yeux rougis.  Mais ç'aurait été trop simple tu ne crois pas ? Sa main a volé. Ses mots aussi. Je savais que ce que nous faisions depuis des années était mal, que mon père m'en voudrait s'il le savait mais je n'avais jamais réussi à m'arrêter. J'ai ravalé mes larmes, encaissé les insultes et les coups. J'avais peur Neven, trop peur de mon père. Et j'étais jeune, trop jeune. Je l'ai laissé détruire notre monde secret, réduire ces instants magiques en une ignominie. Je l'ai laissé faire couler sur tes joues des larmes, j'ai vu tes lèvres et ton corps trembler tandis que tu tentais de ne pas pleurer. J'aurais voulu te prendre dans mes bras, te consoler comme je le faisais d'habitude. Je l'ai laissé t'emmener loin de moi, je suis resté stoïque au milieu de la pièce alors que tu partais loin de moi.
Au retour de mon père, j'ai eu le droit à un discours moralisateur sur ce qu'il avait surpris. Je l'ai écouté me parler de norme, de religion, de maladie. Et j'ai fini par le croire. Que ce n'était qu'une erreur, l'affection un peu trop profonde de deux garçons ayant grandi de manière quasi-fusionnelle. Pour ne plus entendre ses reproches, pour ne plus voir la déception dans son regard, je me suis plié à ses règles. Toi parti, je me suis retrouvé perdu sans bouée de sauvetage dans un océan de solitude. Alors je me suis tourné vers mes camarades de classes, des gosses de riches qui m'insupportaient. Ce n'était pas dur de devenir leur « ami », dès l'instant où le compte en banque de tes parents alignaient plus de 5 zéros après le premier chiffre. Tu m'as déjà demandé comment j'avais pu devenir celui que tu as retrouvé à 16 ans. Voilà comment cela a commencé. Je me suis laissé entraîné dans ce monde de luxe et de luxure. Je me fichais des cours. De toute manière, les dons de mon père à l'école étaient assez importants pour qu'ils ne veuillent pas me renvoyer. Je faisais l'idiot, cherchant toujours plus de sensations fortes. J'avais réussi à enfouir tout au fond de mes souvenirs ce que nous avions vécu, presque à les oublier. Poussé par mes amis et une envie de montrer que j'étais « comme les autres », j'ai connu mes premières filles. Ça ne ressemblaient en rien à ce que j'imaginais. Je devais presque me forcer à chaque fois et au final, je finissais toujours par fermer les yeux et imaginer que j'étais avec quelqu'un d'autre. Quelqu'un qui aurait eu ton visage, ton sourire, ton odeur. Et ça me dégoûtait. Je me détestais de penser à toi quand j'étais au lit avec une fille. Et même en dehors. C'est peu après ça que j'ai commencé à me taillader les bras. Pour chaque garçon que je regardais d'un peu trop près, chaque pensée que je n'aurais pas dû avoir je marquais ma chair 'un sillon de sang. Puis est venu le lycée. J'ai commencé à traîner dans les soirées, à boire. Beaucoup. Trop. Ça me permettait d'oublier. De garder une image de Don Juan sans me souvenir de ses nuits passés avec des filles. J'étais jeune et insouciant. J'avais du fric, une belle gueule, des notes pas trop mauvaise et un père qui se fichait de ce que je faisais tant que je me faisais pas gauler. Alors j'en ai profité à fond. Puis Sebastijan est mort à la fin de ma première année. Une transaction qui a mal tournée je crois. Je n'ai pas pleuré à son enterrement. D'un côté, il était presque un inconnu pour moi. D'un autre, je le détestais à ce moment là. Parce que j'avais compris que mes années de tranquillité étaient finies. Et ça n'a pas manqué. Mon père a reporté sur moi les projets qu'il avait mis en place avec mon frère. J'étais son dernier enfant vivant, son héritier. A 16 ans, on m'a demandé de me glisser dans un costume qui avait été cousu pour mon frère depuis sa naissance. Évidemment, ça a coincé. Mais je suis efforcé de m'y fondre. De combler les exigeantes attentes de mon père. Sans délaisser ma vie de lycéen fêtard, j'ai dû, à côté, apprendre tout ce qu'il fallait sur le monde des affaires, participer à des réceptions pour rencontrer ceux avec qui je travaillerais plus tard. Balayés les espoirs de tracer ma propre voie. On en étendait une devant moi que je devais suivre.
J'avais réussi à trouver un équilibre, à m'oublier moi-même pour être celui que mon père voulait. Mais il a fallu que tu reviennes, faisant tout voler en éclat. Tu étais enfin devenu un un vieux souvenir, une plaie cicatrisée. Pourquoi a t-il fallu que tu te entre dans ma classe, ce matin de décembre ? Les barrières que j'avais patiemment construites autour de moi se sont envolés en un instant quand nos regards se sont croisés. Tu avais grandi en 4 ans et changé mais tu n'en étais que plus beau. Et si ton corps avait subi le passage de l'adolescence, ton regard était resté le même. Empreint d'une innocence et d'une joie pure dont j'avais depuis longtemps perdu l'éclat. J'ai tout fait pour t'éviter, par peur de voir remonter des choses qui ne le devaient pas. Mais tu t'es accroché. Malgré nos différences, mes regards froids, mon indifférence et mon mépris. Ne savais-tu pas ce que tu risquais ? J'ai fini par n'en plus pouvoir de te voir sans t'approcher, de te contempler de loin, de te voir te faire par des filles. Et même des mecs. Tu étais mignon Neven et tu ne t'en rendais pas compte. T'étais un éclat de lumière, un adolescent encore candide. Et j'ai succombé. Une nuit, juste toi et moi. Une chambre d'hôtel anonyme dans laquelle j'ai retrouvé avec délice le goût de tes lèvres, la caresse de tes mains. Nous n'étions plus des enfants et j'ai dévoré chaque centimètre carré de ta peau Neven. Je t'ai embrasé et j'ai brûlé avec toi. Mais ç'aurait été trop beau, trop simple qu'on puisse continuer comme avant. J'avais changé Nev, et pas en bien. Au matin, j'ai renfilé mon masque de sale gosse de riche. Je t'ai dit que t'étais un bon coup mais qu'un soir me suffisait. Ta main est parti, claquant sur ma joue puis tu t'es enfui, retenant difficilement tes larmes. Les mois qui ont suivis ont été semblables à cette nuit. Comme deux aimants, nous étions irrémédiablement attirés l'un vers l'autre. Deux imbéciles ne cessant de se déchirer, de se repousser sans réussir à rester loin de l'autre. J'ai voulu pourtant. Brûler cette innocence que tu avais gardé, anéantir en toi toute trace d'affection pour moi. Je t'ai fait souffrir, j'ai été cruel. Au lycée, je t'ignorais ou je te méprisais. Tu n'étais qu'un boursier, je faisais parti des élèves populaires. Et puis des rumeurs ont commencé à circuler sur ton attirance pour les hommes et j'ai tout fait pour ne pas y être associé. Alors comment se fait-il que tu sois revenu vers moi ? Comme si tu voyais au fond de moi, que tu essayais de raviver une flamme éteinte depuis longtemps. Notre manège a duré 3 ans. Trois ans pendant lesquels je t'ai utilisé comme un jouet Neven. Un jouet dont j'usais quand ça me plaisait, que je pouvais jeter à n'importe quel moment et que, même quand je le délaissais, je refusais de voir entre les mains d'autres personnes. Nous étions tous les deux à l'université et je ne me privais pas de sortir avec des fille,s parfois sous ton nez. J'ai été un salaud Neven. Un salaud complet et je n'ai jamais compris pourquoi tu restais. Je te détestais Nev. D'être toi, de m'attirer, de me faire sentir comme quelqu'un que je ne voulais pas être. Mais je n'arrivais pas à me passer de toi. Jusqu'à ce que tu partes, retournant aux États-Unis pour tes études. Tu m'as quitté sans un mot, comme pour me fuir. Décision raisonnable bien que je t'en voulu sur le moment de me planter une nouvelle fois. J'ai tenté de reconstruire les barrières que ton retour avait détruites mais c'était trop tard. Ton absence était comme un trou que je n'arrivais pas à combler. En tout cas, pas avec les filles que je fréquentais. Je suis allé dans des bars, j'ai laissé d'autres hommes me toucher. Parce que c'était le seul moyen de me soulager, de ne pas devenir fou. Qu'importe à quel point j'essayais de m'en empêcher, je finissais toujours par enfourcher ma moto, parcourir quelques kilomètres jusqu'à une ville voisine où je me trouvais quelqu'un pour la nuit.
Et me voilà aujourd'hui. Il m'a fallu quatre ans Neven, quatre ans pour venir te voir ici et tirer un trait définitif sur une histoire qui n'aurais pas dû exister. Ça n'as pas été difficile de te retrouver. Mais là encore, tu as trouvé un moyen de m'échapper
Un rire nerveux s'échappe de la gorge de Luka. Son regard tombe sur l'horloge fixée au mur. Il n'a pas vu le temps passé. L'infirmière ne va pas tarder à passer et Luka préfère être parti avant.
- Tu n'avais pas moins radical qu'un accident de voiture ? Tu as eu de la chance d'y survivre d'après les médecins. Ils ignorent si tu te réveilleras un jour. Et si tu reprenais conscience, il y a de fortes probabilités qu'une partie de ta mémoire ai été endommagé. Ça va te paraître cruel mais je prie pour que ce soit le cas. Oublie-moi Neven. Retrouve ta gaieté et ta naïveté. Tu es trop blanc Neven, trop lumineux pour le monde dans lequel tu es né. Tu mérites mieux.
Luka se penche en avant, ses lèvres effleurant celle de Neven, pour une dernière fois. Le brun se lève ensuite et sort de la chambre après un dernier murmure :
- Puisse tu être heureux





Dernière édition par Luka Bekavac le Mer 7 Jan - 22:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



Tu veux voir plus ?

MessageSujet: Re: ♦ Je ne suis pas gay ♦ Luka Bekavac   Dim 4 Jan - 23:06

Biiienvenuuue.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Administrateur

Administrateur

Voir le profil de l'utilisateur
ϟ messages : 1785
ϟ points : 48
ϟ âge : 21
ϟ inscrit le : 17/12/2012
ϟ date de naissance : 01/01/1996
ϟ avatar : Alfred Kovac
ϟ crédit : Signa moi, Avatar : Phanta Codes divers : Amiante.
ϟ âge : 23 ans
ϟ côté coeur : Relation ambiguë avec Aristée de Barjac.
ϟ jukebox : Ludovico Einaudi~Oltremare
ϟ citation : "Tout d’un coup, le temps file trop vite pour vous. En une fraction de seconde, tout votre monde s’écroule. Vous ne voyez plus, vous ne sentez plus de la même manière. Vous savourez tout, la moindre chose, un verre d’eau, une marche dans le parc. Le temps file. La plupart des gens veulent ignorer le temps qui s’arrêtera enfin. Ironiquement, c’est ce qui les empêche de vivre pleinement leur vie. Et ils boivent bien sur aussi des verres d’eau, mais sans jamais vraiment y goûter. Pour moi, le temps n’est pas flexible.C’est le moment ou j’ai décidé de mettre un terme a ma vie, qui a motivé mon œuvre. Il a même donné un sens. J’étais vraiment déterminé à me suicider...
Les gens qui ne profitent pas de la vie ne méritent pas de vivre." Saw.

ϟ double compte : Mérovée Avandeïev

Tu veux voir plus ?


MA VIE INTIME
ϟ mes relations :
MessageSujet: Re: ♦ Je ne suis pas gay ♦ Luka Bekavac   Dim 4 Jan - 23:08

Eh bien rebienvenue à toi petit coeur ♥ Comme j'ai déjà dit, t'es plus que sexy, et ça risque de finir dans un lit toi et moi. Mais par ailleurs, saches qu'à la moindre question ou envie, le staff est à ta disposition. Plait toi bien parmi nous ♥

________________________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Voir le profil de l'utilisateur
ϟ messages : 69
ϟ points : 0
ϟ inscrit le : 04/01/2015
ϟ avatar : Sean O'Pry
ϟ crédit : Heardies (Bazzart), Phoebetonkin (tumblr)
ϟ âge : 26 ans
ϟ côté coeur : Un morceau de caillou perdu dans le fin fond de l'espace
ϟ jukebox : The Sacrifice - Michael Nyman
ϟ citation : Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit * Mark Twain


Tu veux voir plus ?


MA VIE INTIME
ϟ mes relations :
MessageSujet: Re: ♦ Je ne suis pas gay ♦ Luka Bekavac   Lun 5 Jan - 17:28

J'ai commencé à poster l'histoire ;) Et je crois que c'est bien parti pour devenir un roman Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



Tu veux voir plus ?

MessageSujet: Re: ♦ Je ne suis pas gay ♦ Luka Bekavac   Lun 5 Jan - 18:06

Oh Mon Dieu O.O

Sean !!! *q*
Bienvenue parmi nous Razz
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Voir le profil de l'utilisateur
ϟ messages : 82
ϟ points : 2
ϟ âge : 26
ϟ inscrit le : 26/11/2014
ϟ date de naissance : 31/07/1991
ϟ avatar : Tom Daley
ϟ âge : 23
ϟ jukebox : Sweet Things - The Pretty Reckless

Tu veux voir plus ?


MA VIE INTIME
ϟ mes relations :
MessageSujet: Re: ♦ Je ne suis pas gay ♦ Luka Bekavac   Mar 6 Jan - 0:09

Anh bienvenue beau jeune homme et bon courage ;)
Au plaisir de te croiser !
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Voir le profil de l'utilisateur
ϟ messages : 69
ϟ points : 0
ϟ inscrit le : 04/01/2015
ϟ avatar : Sean O'Pry
ϟ crédit : Heardies (Bazzart), Phoebetonkin (tumblr)
ϟ âge : 26 ans
ϟ côté coeur : Un morceau de caillou perdu dans le fin fond de l'espace
ϟ jukebox : The Sacrifice - Michael Nyman
ϟ citation : Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit * Mark Twain


Tu veux voir plus ?


MA VIE INTIME
ϟ mes relations :
MessageSujet: Re: ♦ Je ne suis pas gay ♦ Luka Bekavac   Mer 7 Jan - 23:01

Finiiiiiiiiiiiiiiii Je suis arrivée au bout de mon histoire (et même plus rapidement que ce que je pensais XD) Je vous laisse donc la joie de lire le pavé de 3000 mots que je vous ai pondu (chut, ne les décourageons pas d'avance ) l'histoire de Luka en entier (ou pas. Comme vous voulez )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Administrateur

Administrateur

Voir le profil de l'utilisateur
ϟ messages : 501
ϟ points : 140
ϟ inscrit le : 28/03/2014
ϟ avatar : Sam Way
ϟ crédit : Tumblr, Bazart
ϟ âge : 21 ans
ϟ côté coeur : Indécis
ϟ jukebox : Feeling good.
ϟ double compte : Elijah K. Rosenstrauss & Sade D. Hardy

Tu veux voir plus ?

MessageSujet: Re: ♦ Je ne suis pas gay ♦ Luka Bekavac   Sam 10 Jan - 0:37

Alors ma belle, que dire ? J'ai eut les larmes aux yeux, ta plume ma déchirer le coeur, parce que ton style de narration est merveilleux. AU départ je me suis dit : Roh la la encore un roman. Mais là, j'admire le travail que tu as fais, car tu m'a tenu en haleine, du début à la fin. J'ai vue toute la vie de Luka, et ce, en un simple monologue, c'est très réussit. Donc franchement, chapeau bas, c'est rare que je le dise, en général, mais c'était splendide à lire. Pour la note négative, quelques erreurs d'accord, notamment des S oubliés, et des ce et se pas à leur place. Fais attention à certaines répétitions de mots, c'était par inattention ♥ Te voilà validé !


Tu es validé !

Oh yeah, tu fais partie intégrale de GC maintenant ! Félicitations petit chaton ♥
Mais ton réel parcours commence ici mais pas de panique ! Ce message est là pour t'orienter et t'aider à faire tout ce qui est demandé afin de trouver rapidement ta place parmi nous Tout d'abord, n'oublie pas de remplir les champs dans ton profil et accessoirement d'ajouter les liens vers ta fiche, tes sujets et ta demande de liens. Pour bien démarrer sur le forum, on te recommande vivement de créer ta Fiche de liens mais aussi une fiche de sujets dans laquelle tu répertorie tes rps ainsi que tes demandes de rps. Avec toutes les animations qu'on lance sur le forum, il est fort recommandé dd'avoir un téléphone et de créer une boite email.. Attends attends, ce n'est pas encore fini ! Il faut créer un sujet ask me ainsi qu'un sujet de défi. Pour comprendre le fonctionnement de ces deux parties, on te donne rendez-vous dans les sujets explicatifs qui se trouve dans chaque partie ! Et finalement, tu peux aussi créer ton formspring parce qu'on est curieux de connaitre un peu qui se cache derrière ce personnage.

Pour mieux comprendre le système de points installé sur le forum, ce SUJET peut t'aider ! Sachant que c'est très important d'en prendre connaissance car les privilèges du forum passent par les points =)

Promis, cette fois on te laisse tranquille mais bien évidemment, en cas de besoin, n'hésite jamais à sonner l'un des staffeux ! Oscar, Keenu, Absynthe ou Elijah.

Bon jeu parmi nous ♥



________________________________
Sugzwang
“When you don’t have many friends and you don’t have a social life you’re kind of left looking at things, not doing things. There’s a weird freedom in not having people treat you like you’re part of society or where you have to fulfill social relationships.” Tim Burton.


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Voir le profil de l'utilisateur
ϟ messages : 1231
ϟ points : 13
ϟ inscrit le : 24/09/2011
ϟ avatar : Theo Theodoridis
ϟ crédit : Eyamour ♥
ϟ âge : 29
ϟ côté coeur : Libéré bien qu'étrangement différent
ϟ double compte : Sarah E. Cantera

Tu veux voir plus ?

MessageSujet: Re: ♦ Je ne suis pas gay ♦ Luka Bekavac   Sam 10 Jan - 0:58

Bienvenue parmi nous ** Tu as un bel avat :D
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



Tu veux voir plus ?

MessageSujet: Re: ♦ Je ne suis pas gay ♦ Luka Bekavac   Dim 11 Jan - 16:54

Bienvenue en retard ! :p
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Tu veux voir plus ?

MessageSujet: Re: ♦ Je ne suis pas gay ♦ Luka Bekavac   

Revenir en haut Aller en bas
 

♦ Je ne suis pas gay ♦ Luka Bekavac

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» voilà, j'suis là aussi
» doumeni : Je suis nouvelle...
» Bonjour je suis nouvelle
» Ma collec (finalement je suis raisonnable lol)
» Bonjour je suis une addicte...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Piece of me :: build your future :: fiches validées-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit